:






  : > > > la prose


la prose nouvelle, conte...

 
  : ( 1 )  
2010-06-19, 08:46
 

  Azzeddine.I    
: 5216
: Aug 2009
:
:
: Rabat
: 1,572 [+]
: ()
: 501
: Azzeddine.I is a glorious beacon of light Azzeddine.I is a glorious beacon of light Azzeddine.I is a glorious beacon of light Azzeddine.I is a glorious beacon of light Azzeddine.I is a glorious beacon of light Azzeddine.I is a glorious beacon of light
Prmonition 2





Il nentendit plus la suite.Il retourna dans sa chambre envelopp de vide, avec lespoir de mettre de lordre dans ses pensesmais il ny avait point de penses (rien)!ctait la vacuit totale. Une espce de vacuit, qui engendrait une immensit sidrale o il ntait absolument pas possible de sorienter, le hanterait durant toutes ces heures qui le sparaient du lendemain.Il sallongea sur le lit, sachant bien quil avait rpudi le sommeil ctait plutt lui le rpudi. Fermant les yeux, il se projeta dans un lointain pass, la recherche dune image de cette femme dcderien ! aucune image, sinon ce tas de chair et dos plis sous le faix de la maladie et puis rien ! mais le rien ne sarrtait pas l, devant cette panne de mmoire visuelle, il rampa en silence et avec lchet au sein de ses sentiments :Aziz ne sentait aucune tristesse, aucune peine et pas mme une rflexion sur le concept du deuil !
Onze heures sonnrent quand il quitta la gare en direction de la maison paternelle. Une fois arriv, il fut reu par toute une population de fantmes marmonnant des paroles qui ne dpassaient pas le seuil de ses oreilles. Il avanait en silence, regardant avec indiffrence des visages familiers, dautres inconnus et dautres quil reconnaissait peine, trahit par une mmoire dfaillante. Quelquun le prit par la main et le mena vers une chambre au seuil de laquelle se tenaient en sentinelles deux femmes de grande carrure. On linvita y entrer pour jeter un dernier regard sur la dfunteil recula comme sil avait reu une dcharge lectrique NOOON ! .
Il vit alors tous les regards le scruter, scandalissil rebroussa chemin et quitta la demeure. Dehors il se trouva devant une multitude dhommes et femmes et ne put dceler dans leurs regards ni piti ni indignation, pourtant leur lvres bougeaient avec de temps en temps des rictus qui en disaient trop long. En effet dans tout le quartier on savait quun jour, la tombe de la nuit, il y avait eu une dispute entre Aziz et son frre Driss o la dfunte avait pris le parti du second. Aziz alors avait pris sa valise et quitt la maison depuis maintenant douze ans. Durant toutes ces annes ce fut le silence absolu, sinon quelques appels furtifs et timides entre lui, sa sur Rajae et son frre an Abdeslam ; et cette rencontre avec eux quand ils avaient emmen leur mre faire des examens mdicaux Rabat et quils avaient tous passs la nuit chez lui.
Cette nuit sa mre navait pas os poser le regard sur lui et ils navaient pas chang un seul mot. Elle marmonnait avec Rajae mais ne parlait jamais Aziz qui stait isol dans un coin ,setait laiss absorber loin deux par la tlvision avant de leur souhaiter bonne nuit et de senfermer dans sa chambre jusquau matin. Au moment de leur dpart, le lendemain, Rajae le tira lcart pour lui dire _ ma mre ma charge de te dire quelle souhaite avoir ton pardon, pour pouvoir mourir en paix . Elle attendit une raction de sa part, mais il ne bougea pas et ne se pronona jamais.
Revenu de ses souvenirs nbuleux, Aziz remarqua la prsence de deux femmes ; il se rappela delles, un peu vieillies maintenant, ctaient elles qui avaient essay de le retenir et de le dissuader de partir cette nuit-l. Lune delle demanda lautre mais que setait-il donc vraiment pass ,cette nuit ? . Lautre rpondit _ que Dieu nous pardonne tous !
Quand le soir fut venu, on chercha Aziz partout sans le trouver . Des rumeurs se faisaient entendre _ il est retourn chez lui_il est peut-tre all se saouler_il est all chez un de ses amis denfance ou un de ses cousins. . Rajae regardait Abdeslam et semblait lui poser mille interrogations propos de cette disparition. Le tlphone portable de Aziz tait teint et la nuit commenait tomber. Mme Driss stait mis la recherche du frre-ennemi ! Ragae pleurait chaudes larmes . Rajae avait toujours eu le grand espoir de repcher ce frre banni et de le maintenir serr dans ltreinte de la famille . Abdeslam murmurait en silence je ten conjure Aziz, reviens ! nous avons eu assez de deuils comme a ! je ten conjure au nom de lme de notre mre reviens et tout rentrera dans lordreDouze annes de douleur ! nen as-tu pas encore assez ?! je ten conjure petit frre reviens que je te serre enfin dans mes bras ! .
Les larmes lui montaient dj aux yeux quand Rajae le prit par lpaule,
- Abdeslam ! doit-on avertir la police ?
- Cest pas le moment Rajae, attendons
A suivre
x





Azzeddine.I


Azzeddine.I ; 2010-06-25 17:17
2011-02-11, 11:37   : ( 2 )
()


: 18041
: May 2010
:
:
:
: 791 [+]
: ()
: 198
:   has a spectacular aura about   has a spectacular aura about



: Prmonition 2

 




:


11:04   Profvb en Alexa Profvb en Twitter Profvb en FaceBook xhtml validator css validator


- Profvb - - - -



Powered by vBulletin® Copyright ©2000 - 2019, Jelsoft Enterprises Ltd