:






  : > > > textes choisis


textes choisis textes des auteurs ou textes de qualit rencontrs dans d'autres sites

 3
  • 1 Post By
  • 1 Post By
  • 1 Post By

 
  : ( 1 )  
2011-12-16, 22:36
 

       
: 18006
: May 2010
:
:  female
: Agadir
: 24,580 [+]
: ()
: 10986
:   has a reputation beyond repute   has a reputation beyond repute   has a reputation beyond repute   has a reputation beyond repute   has a reputation beyond repute   has a reputation beyond repute   has a reputation beyond repute   has a reputation beyond repute   has a reputation beyond repute   has a reputation beyond repute   has a reputation beyond repute
c3 Une Vie Guy de Maupassant





Une vie, premier roman de Maupassant, est publi dabord en feuilleton en 1883. Maupassant nous annonce ds le titre quil va obir un principe de simplicit, de banalit mme limage de la vie de Jeanne. La premire page joue un rle essentiel puisquelle propose une sorte de contrat de lecture qui met en place les principaux lments caractristiques et les rgles de la fiction.
La premire page nchappe pas cette ncessit : la narration se fait la troisime personne avec lalternance de deux points de vue, correspondant lentre en scne de deux personnages.


Lecture
Quand il n'y eut plus qu'un amas de cendres au fond du foyer, elle retourna s'asseoir auprs de la fentre ouverte comme si elle n'et plus os rester auprs de la morte, et elle se remit pleurer, la figure dans ses mains, et gmissant d'un ton navr, d'un ton de plainte dsole : " Oh ! ma pauvre maman, oh ! ma pauvre maman ! "
Et une atroce rflexion lui vint : -- si petite mre n'tait pas morte, par hasard, si elle n'tait qu'endormie d'un sommeil lthargique, si elle allait soudain se lever, parler ? -- La connaissance de l'affreux secret n'amoindrirait-elle pas son amour filial ? L'embrasserait-elle des mmes lvres pieuses ? La chrirait-elle de la mme affection sacre ? Non. Ce n'tait pas possible ! Et cette pense lui dchira le cur.
La nuit s'effaait ; les toiles plissaient ; c'tait l'heure frache qui prcde le jour. La lune descendue allait s'enfoncer dans la mer qu'elle nacrait sur toute sa surface.
Et le souvenir saisit Jeanne de cette nuit passe la fentre lors de son arrive aux Peuples. Comme c'tait loin, comme tout tait chang, comme l'avenir lui semblait diffrent ! Et voil que le ciel devint rose, d'un rose joyeux, amoureux, charmant. Elle regarda, surprise maintenant comme devant un phnomne, cette radieuse closion du jour, se demandant s'il tait possible que sur cette terre o se levaient de pareilles aurores, il n'y et ni joie ni bonheur.

Extrait du chapitre 9 - Une Vie - Guy de Maupassant


Dans l'extrait ci-dessus, nous sommes la fin du chapitre 9 de Une Vie de Guy de Maupassant, la baronne vient de mourir, Jeanne reste seule pour la veiller, emplie de chagrin et de souvenirs. Elle vient de trouver la correspondance amoureuse de sa mre et son infidlit, tout comme elle a dcouvert celle de son mari au dbut du chapitre. Tout cela contribue au sentiment de perte irrmdiable dans le deuil et la dsillusion.
Afin de mieux nous faire percevoir lcoulement du temps, Maupassant construit cette scne comme un diptyque, qui renvoie la scne de la fentre du chapitre 1 (en mai 1819 : seulement 2 ans se sont couls entre les 2 scnes). Ce contraste entre les 2 scnes est encore accentu par une utilisation ironique de la nature
.



.
"

2011-12-16, 22:38   : ( 2 )


: 18006
: May 2010
:
:  female
: Agadir
: 24,580 [+]
: ()
: 10986
:   has a reputation beyond repute   has a reputation beyond repute   has a reputation beyond repute   has a reputation beyond repute   has a reputation beyond repute   has a reputation beyond repute   has a reputation beyond repute   has a reputation beyond repute   has a reputation beyond repute   has a reputation beyond repute   has a reputation beyond repute



: Une Vie Guy de Maupassant

Commentaire

I- Le rle de la mmoire


1- La mmoire de Jeanne


Elle rduit en cendres le pass de sa mre et le sien : elle a brl les lettres familiales et amoureuses.

Nous lentendons pousser une plainte dsole au discours direct Oh ! ma pauvre maman .
Puis elle se torture et nous suivons ses rflexions, sa pense au discours indirect libre la connaissance de laffreux secret namoindrirait-elle pas son amour filial ? puis comme ctait loin ! .
Enfin nous entrons dans ses penses amres au discours indirect : se demandant sil tait possible que, sur cette terre [] il ny eut ni joie ni bonheur .
Ces choix progressifs de discours, nous loigne peu peu de Jeanne, avec le discours direct nous partageons son chagrin ensuite ses divagations sur la rsurrection de sa mre sont mises distance, puis sa pense plus gnrale (presque philosophique), sa rflexion sur la vie, nous est transmise indirectement comme si le narrateur et nous mme pouvaient aussi la partager.

Nous partageons aussi son souvenir de la premire soire aux peuples, selon la manire de Maupassant de nous associer la mmoire du personnage. Il cre ainsi son diptyque en renforant lunit de luvre et nous fait parcourir lpaisseur temporelle dune dure subjective.


2- La mmoire du lecteur

Nous gardons en mmoire la premire scne et Maupassant nous guide en construisant ces scnes symtriquement et de faon contraste.

Nous sommes la nuit avec Jeanne, devant la fentre ouverte, au printemps : dans la premire scne, elle est debout, dans la seconde, elle retourne sasseoir, accable.
Ici ses penses sont endeuilles, dchirantes, au lieu dtre joyeuses, pleines despoir. Dans notre premire scne, elle rvait damour conjugal, ici elle perd mme son amour filial, lamour conjugal tant dj perdu.
Maupassant nous rend directement sensible la perception du temps, nous pensons comme Jeanne : comme ctait loin, comme tant tait chang, comme lavenir lui semblait diffrent ! . Elle a dj perdue beaucoup dillusions, son mari, au lieu dtre le prince charmant se rvle tre avare, brutal, infidle. Sa mre est morte, au lieu de laisser un souvenir de Sainte (selon labb Picot), elle est une femme mprisable, infidle, tout nest que tromperie et mensonge ( non ce ntait pas possible . Elle ne peut aimer sa mre infidle).

A travers la perception, la sensibilit et la morale de Jeanne, Maupassant nous fait partager sa conception pessimiste du monde.

.
"

 
2011-12-16, 22:39   : ( 3 )


: 18006
: May 2010
:
:  female
: Agadir
: 24,580 [+]
: ()
: 10986
:   has a reputation beyond repute   has a reputation beyond repute   has a reputation beyond repute   has a reputation beyond repute   has a reputation beyond repute   has a reputation beyond repute   has a reputation beyond repute   has a reputation beyond repute   has a reputation beyond repute   has a reputation beyond repute   has a reputation beyond repute



: Une Vie Guy de Maupassant

commentaire (suite)
II- Le rle des contrastes ironiques


1- Le dedans et le dehors

Les deux espaces forment un contraste : lintrieur de la chambre rgne lobscurit, la mort, le deuil. Dans le foyer on ne voit plus quun amas de cendres qui renvoie symboliquement aux cendres du cur de Jeanne, aux illusions dtruites : celles du pass (lettres), celles du prsent (mort de mre) et mme celles de lavenir. Lespoir est perdu : ni joie ni bonheur . Dedans scoulent les larmes et monte la plainte de Jeanne. Dehors, la nuit sefforait , ctait lheure frache qui prcde le jour , la lune navrait la mer . Dehors, le monde est lumineux, beau, jeune, joyeux et mme amoureux, cest le printemps.

Seul ici le ciel est joyeux et amoureux, cette aurore radieuse surprend Jeanne comme une ironie dsesprante.

2- Une ironie dsesprante

Lindiffrence de la nature, souligne par contraste le dsespoir de Jeanne. Dans la premire scne du chapitre 1, il y avait accord entre la nuit printanire et la jeune fille. Les beauts de la nature, ses plaisirs formaient avec la joie de Jeanne une harmonie parfaite et illusoire. Maintenant laurore est si joyeuse, si amoureuse quelle parat une ironie navrante, une blessure, une moquerie, une cruaut supplmentaire pour cette femme en deuil.




Conclusion


Cette scne forme un diptyque avec celle du Chapitre 1 de Une Vie : elles sclairent lune lautre, par contraste et permettent Maupassant, en racontant une vie, de nous faire percevoir sa conception de la vie, du temps qui passe, de la mort qui frappe et des illusions qui se perdent.


.
"

 
2014-10-22, 22:03   : ( 4 )


: 12994
: Oct 2009
:
:  male
:
: 32,927 [+]
: ()
: 18732
:   has a reputation beyond repute   has a reputation beyond repute   has a reputation beyond repute   has a reputation beyond repute   has a reputation beyond repute   has a reputation beyond repute   has a reputation beyond repute   has a reputation beyond repute   has a reputation beyond repute   has a reputation beyond repute   has a reputation beyond repute



: Une Vie Guy de Maupassant

-***********************-
.. ...
-************************-
01 1440/*/032019
10 1440/*/122019
01 1441/*/01 2019



 




:


05:44   Profvb en Alexa Profvb en Twitter Profvb en FaceBook xhtml validator css validator


- Profvb - - - -



Powered by vBulletin® Copyright ©2000 - 2019, Jelsoft Enterprises Ltd