:






  : > > > textes choisis


textes choisis textes des auteurs ou textes de qualit rencontrs dans d'autres sites

 2
  • 1 Post By
  • 1 Post By

 
  : ( 1 )  
2011-11-14, 16:20
 


       
: 15611
: Feb 2010
:
:
:
: 11,224 [+]
: ()
: 10630
:   has a reputation beyond repute   has a reputation beyond repute   has a reputation beyond repute   has a reputation beyond repute   has a reputation beyond repute   has a reputation beyond repute   has a reputation beyond repute   has a reputation beyond repute   has a reputation beyond repute   has a reputation beyond repute   has a reputation beyond repute
c6 Douze contes vagabonds - Gabriel Garcia Mrquez





Douze contes vagabonds - Gabriel Garcia
Marquez


LA LUMIERE EST COMME L'EAU



Pour Nol, les enfants redemandrent un bateau rames.

"D'accord, dit le pre, on l'achtera en rentrant Cartagena."
Toto qui avait neuf ans, et Jol, sept ans, taient plus ttus que ne le croyaient leurs parents.

"Non, s'crirent-ils en chur. On le veut ici et tout de suite.


- Pour commencer, rpondit la mre, ici la seule eau navigable est celle de la douche."
Les parents avaient raison. A Cartagena de Indias, ils possdaient une maison avec un jardin, une digue qui s'enfonait dans les eaux de la baie et un abri pour deux grands yachts. En revanche, Madrid, ils vivaient les uns sur les autres au cinquime tage du numro 47 du paseo de la Castellana. Mais au bout du compte ni l'un ni l'autre n'eurent le cur de le leur refuser car ils leur avaient promis un bateau avec des rames, un sextant et une boussole s'ils taient les premiers de la classe, et ils l'avaient t. De sorte que le pre acheta le tout sans rien dire son pouse qui, des deux, se montrait la plus rticente payer les dettes de jeu. C'tait un magnifique bateau en aluminium avec un filet dor qui marquait la ligne de flottaison.


"Le bateau est dans le garage, avoua le pre pendant le djeuner. Le problme c'est qu'il n'entre pas dans l'ascenseur, qu'il ne passe pas dans l'escalier, et que dans le garage il n'y a plus de place."
Mais le samedi aprs-midi, les enfants invitrent des camarades pour qu'ils les aident monter le bateau par l'escalier et ils parvinrent le porter jusque dans la chambre de service.

"Bravo, leur dit le pre. Et maintenant ?


- Maintenant rien, rpondirent les enfants. On voulait juste avoir le bateau dans la chambre, et c'est fait."
Le mercredi soir, comme tous les mercredis, les parents allrent au cinma. Les enfants, matres et seigneurs des lieux, fermrent portes et fentres et brisrent l'ampoule allume d'une des lampes du salon. Un torrent de lumire dore et frache comme de l'eau s'en chappa, et ils la laissrent s'couler jusqu' ce qu'elle atteigne une hauteur de vingt cinq centimtres. Alors ils couprent le courant, allrent chercher le bateau, et navigurent, ravis, entre les les de la maison.

Cette fabuleuse aventure fut le rsultat d'une de mes imprudences un jour que je participais un sminaire sur la posie des ustensiles mnagers. Toto m'avait demand comment on pouvait faire surgir la lumire en appuyant sur un simple bouton et je n'eus pas le courage de rflchir deux fois la rponse.


"La lumire, c'est comme l'eau, lui rpondis-je: on ouvre le robinet et elle sort."
De sorte qu'ils poursuivirent leur navigation tous les mercredis soir, apprirent se servir du sextant et de la boussole, et lorsque leurs parents rentraient du cinma, ils les trouvaient endormis comme deux angelots terrestres. Quelques mois plus tard, dsireux d' en avoir plus, ils demandrent un quipement complet de plonge sous-marine, avec masques, palmes, bouteilles et fusils air comprim.


"C'est dj stupide d'avoir un bateau rames dans la charnbre de service et qui ne sert rien, dit le pre. Mais ce le serait encore plus d'avoir des quipements de plonge.
- Et si on a le prix d' excellence? dit Jol .

- Non, dit la mre, effraye. C'est fini."
Le pre lui reprocha son intransigeance.


"Ces enfants ne font pas le moindre effort pour faire ce quils doivent faire, dit la mre, mais pour un caprice ils sont capables de dcrocher la lune."
A la fin, les parents ne rpondirent ni oui ni non. Mais Toto et Jol, qui les deux annes prcdentes avaient t les derniers de la classe, remportrent au mois de juillet le prix d'excellence et reurent les flicitations du directeur. Laprs-midi, sans qu'ils aient eu les redemander, ils trouvrent dans leur chambre les quipements de plonge dans leur emballage d'origine. De sorte que le mercredi suivant, tandis que leurs parents voyaient Le Dernier Tango a Paris,ils remplirent l'appartement hauteur de deux brasses plongrent comme de doux requins sous les meubles et les lits, et remontrent du fond de la lumire les objets qui, depuis des annes, taient perdus dans le noir.
Le jour des prix, les deux frres furent acclams comme un exemple pour l'cole et on leur remit leurs diplmes. Cette fois ils n'exigrent rien parce que les parents ne leur avaient pas demand ce qu'ils dsiraient. Ils furent si raisonnables qu'ils se contentrent d'une fte la maison pour faire plaisir leurs camarades d'cole.
Le pre, une fois seul avec sa femme, se montra ravi.

" C'est une preuve de maturit, dit-il.


- Le ciel t'entende", rpondit la mre.
Le mercredi suivant, pendant que les parents voyaient La Bataille d'Alger, les passants qui se trouvaient sur le paseo de la Castellana aperurent un flot de lumire tombant d'un vieil immeuble dissimul derrire les arbres. Elle sortait par les balcons et se rpandait en cascade sur la faade avant de s'couler sur la grande avenue en un torrent dor qui illuminait la ville jusqu la sierra de Guadarrama.

Appels d'urgence, les pompiers forcrent la porte du cinquime tage et trouvrent l'appartement inond de lumire jusqu'au plafond. Le canap et les fauteuils tapisss de peau de lopard flottaient dans le salon diffrentes hauteurs, parmi les bouteilles du bar, le piano queue et son chle andalou qui voletait comme une grande raie couleur d'or. Les ustensiles mnagers, dans la plnitude de leur posie, volaient de leurs propres ailes dans le ciel de la cuisine. Les instruments de la fanfare militaire, que les enfants utilisaient pour danser, flottaient la drive parmi les poissons multicolores chapps de l'aquarium, seules cratures vivantes et heureuses dans le vaste marcage clabouss de lumire.
Dans la salle de bains flottaient les brosses dents de toute la famille, les prservatifs du pre, les pots de crme et le dentier de rechange de la mre, et le tlviseur de la chambre donnait de la bande avec, sur l'cran, la dernire image du film de minuit interdit aux enfants.
A l'extrmit du couloir, flottant entre deux eaux, Toto, assis la poupe du bateau, agripp aux rames, son masque sur le visage, avait guett le phare du port aussi longtemps que l'oxygne des bouteilles le lui avait permis, et Jol flottait la proue cherchant l'toile polaire l'aide du sextant, et leurs trente-sept camarades flottaient dans toute la maison, immortaliss l'instant prcis ou ils urinaient sur les graniums de la jardinire, o ils chantaient l'hymne de leur cole dont ils avaient chang les paroles pour mieux se moquer du directeur, o ils buvaient en catimini un verre de brandy de la bouteille du pre. Car ils avaient ouvert tant de lumires la fois que la maison en avait t inonde et que toute la classe de quatrime de l'cole lmentaire de Saint-Julien-l'Hospitalier s'tait noye au numro 47 du paseo de la Castellana. En Espagne, Madrid, une ville ancestrale aux ts torrides et aux vents glacials, sans mer ni fleuve, et dont les aborignes terriens n'avaient jamais matris l'art de naviguer dans la lumire.



.




; 2011-11-15 12:26

2011-11-15, 12:14   : ( 2 )


: 18006
: May 2010
:
:  female
: Agadir
: 24,581 [+]
: ()
: 10986
:   has a reputation beyond repute   has a reputation beyond repute   has a reputation beyond repute   has a reputation beyond repute   has a reputation beyond repute   has a reputation beyond repute   has a reputation beyond repute   has a reputation beyond repute   has a reputation beyond repute   has a reputation beyond repute   has a reputation beyond repute



: Douze contes vagabonds - Gabriel García Mrquez

Choix trs russi cher collgue...j'en suis forte ravie....
.
Gabriel Garcia Marquez
.
. Le grand crivain colombien, prix Nobel de littrature en 1982, incarne la fois le ralisme magique et l'engagement rvolutionnaire. Ses romans et nouvelles mlent les grands tableaux de l'histoire sud-amricaine la fable, au folklore et aux mythes populaires. Son oeuvre dnonce les ingalits sociales et les inextricables compromissions morales, fruits de luttes acharnes de pouvoir ou d'intrt, et causes du malheur des plus faibles.
J'ai vraiment ador le texte ,merci pour ce partage exceptionnel.
Mes salutations

.
"

 
2014-10-12, 11:38   : ( 3 )


: 12994
: Oct 2009
:
:  male
:
: 31,679 [+]
: ()
: 18732
:   has a reputation beyond repute   has a reputation beyond repute   has a reputation beyond repute   has a reputation beyond repute   has a reputation beyond repute   has a reputation beyond repute   has a reputation beyond repute   has a reputation beyond repute   has a reputation beyond repute   has a reputation beyond repute   has a reputation beyond repute



: Douze contes vagabonds - Gabriel Garcia Mrquez

-*************************-
.. ...
-**************************-
 





06:12   Profvb en Alexa Profvb en Twitter Profvb en FaceBook xhtml validator css validator


- Profvb - - - -



Powered by vBulletin® Copyright ©2000 - 2018, Jelsoft Enterprises Ltd