:






  : > > > la prose


la prose nouvelle, conte...

 
  : ( 1 )  
2011-10-02, 10:36
  houmidi59
 

  houmidi59    
: 20358
: Aug 2010
:
:
:
: 2,073 [+]
: ()
: 2932
: houmidi59 has a reputation beyond repute houmidi59 has a reputation beyond repute houmidi59 has a reputation beyond repute houmidi59 has a reputation beyond repute houmidi59 has a reputation beyond repute houmidi59 has a reputation beyond repute houmidi59 has a reputation beyond repute houmidi59 has a reputation beyond repute houmidi59 has a reputation beyond repute houmidi59 has a reputation beyond repute houmidi59 has a reputation beyond repute
new1 Intrigue policire : la femme mystrieuse





Intrigue policire : la femme mystrieuse

Episode I
: un corps dans la chambre






Chez la famille Sedrati, tout semblait calme : le mari, tendu sur le canap, suivait de prs les dernires infos la tl ; lpouse, dans sa chambre, tait entrain de se faire une beaut et de mettre ses habits de soire ; quant la femme de mnage, elle donnait manger la petite Nisrine, ge de 5 ans.

Une bonne demi-heure stait coule paisiblement, quand monsieur Sedrati tta sa montre ; puis, il cria la cantonade :

_ Siham, dpche-toi ! On va arriver en retard la crmonie
.
Aucune rponse ne lui parvint de la chambre du premier tage. Certes, Siham faisait toujours la sourde oreille, mais finit toujours par se manifester .Dix minutes passes, et toujours rien !

Monsieur Sedrati interpela la bonne :

_ Hayat, sil te plat, monte dans la chambre de madame et dis-lui de se presser un peu !

Celle-ci de rpondre :

_ Tout de suite, monsieur, le temps de mettre Nisrine au lit.

Monsieur Sedrati se dirigea vers la chambre de sa fille. Celle-ci dormait point ferme. Il sapprocha delle et lui donna une bise paternelle sur le front. Aussitt, il quitta les lieux pas de loup.

Soudain, un cri strident lui parvint jusqu ses oreilles. Sans perdre de temps, il enjamba les escaliers jusquau premier tage. Sur le seuil de la porte, la femme de chambre tait tendue sur le sol ; quant la porte de la chambre, elle tait grande ouverte. Monsieur Sedrati y jeta un coup dil : la pice semblait vide .Il fit quelques pas quand il trbucha sur un corps. Aussitt, il ralisa que ctait celui de sa femme. Cette dernire gisait sur le tapis .Elle avait une charpe noue autour du cou ; sa bouche grande ouverte et ses yeux avaient une expression de terreur. Monsieur Sedrati constata que son pouse tait torse nu et elle navait pas encore mis ses habits de sortie.

Il alla directement la commode quil ouvrit furtivement.

Lintrieur du tiroir tait intact : les bijoux de madame taient toujours l. Mme chose pour larmoire : le petit coffret qui contenait ses conomies tait toujours sa place.

Soudain, un vent glacial lui effleura le visage .Il se retourna et aperut les deux volets de la fentre qui se balanaient. Aussitt, il accourut vers le balcon .Le rideau semblait cacher une ombre :

_ Qui tes-vous ? Hurla-t-il

Puis :

_ Sortez de votre cachette !

Lombre se faufila et disparut sur le champ. Quand monsieur Sedrati atteignit le balcon, il ne trouva personne. Soudain, un bruit de chute parvint ses oreilles suivi dun cri de douleur.

Pas de doute, le fugitif sest bless quelque part se dit monsieur Sedrati

Aussitt, il retourna vers le seuil de la porte .La femme de mnage venait de se relever .Apercevant son employeur, elle dit :

_ Oh, monsieur, vous avez vu : madame est morte.

Monsieur Sedrati approuva par un hochement de tte .Puis :

_ Je vais tlphoner la police



A SUIVRE




houmidi59








houmidi59 ; 2011-10-05 06:53
2011-10-02, 16:05   : ( 2 )
()


: 26118
: Dec 2010
:
:
:
: 11 [+]
: ()
: 224
: khalid joub has a spectacular aura about khalid joub has a spectacular aura about khalid joub has a spectacular aura about


khalid joub

b5 : Intrigue policire : la femme mystrieuse

texte bien conu .l histoire est tellement attractive jattent la suite mon respect
 
2011-10-02, 22:55   : ( 3 )

  houmidi59

: 20358
: Aug 2010
:
:
:
: 2,073 [+]
: ()
: 2932
: houmidi59 has a reputation beyond repute houmidi59 has a reputation beyond repute houmidi59 has a reputation beyond repute houmidi59 has a reputation beyond repute houmidi59 has a reputation beyond repute houmidi59 has a reputation beyond repute houmidi59 has a reputation beyond repute houmidi59 has a reputation beyond repute houmidi59 has a reputation beyond repute houmidi59 has a reputation beyond repute houmidi59 has a reputation beyond repute


houmidi59

: Intrigue policire : la femme mystrieuse

 khalid joub
texte bien conu .l' histoire est tellement attractive que j'attends la suite. Mes respects




houmidi59







 
2011-10-03, 18:45   : ( 4 )

  houmidi59

: 20358
: Aug 2010
:
:
:
: 2,073 [+]
: ()
: 2932
: houmidi59 has a reputation beyond repute houmidi59 has a reputation beyond repute houmidi59 has a reputation beyond repute houmidi59 has a reputation beyond repute houmidi59 has a reputation beyond repute houmidi59 has a reputation beyond repute houmidi59 has a reputation beyond repute houmidi59 has a reputation beyond repute houmidi59 has a reputation beyond repute houmidi59 has a reputation beyond repute houmidi59 has a reputation beyond repute


houmidi59

: Intrigue policire : la femme mystrieuse


Episode II : larrive des inspecteurs



Vingt minutes plus tard, une voiture de police et une fourgonnette sarrtrent devant le domicile de la famille Sedrati. Ce dernier tait sur le seuil de la porte les attendre .Aussitt, deux hommes vtus dimpermables sapprochrent de lui :
_ Monsieur Sedrati, je prsume.
Le propritaire de la maison hocha de la tte et se contenta de leur montrer le chemin :
_ Par ici sil vous plait, les invita-t-il.
Arrivs prs du corps tendu par terre, linspecteur Halabi demanda au mdecin lgiste de pratiquer les diagnostics prliminaires.
Celui-ci ne se le fit pas dire deux fois .A peine quelques manipulations excutes quil pronona sans ambages :
_ Messieurs, cette femme est morte suite une strangulation .La mort date peine de deux heures .Pas de trace de violence, ni dabus sexuelle. Daprs son regard, elle connat son meurtrier.
_ Merci, toubib.
Aussitt, un photographe prit plusieurs clichs de la dfunte sous diffrents angles, tandis que deux autres munis de gants, relevrent les diffrentes empreintes dans toute la pice. Linspecteur Halabi les laissa faire, chacun son boulot, un certain temps.
Puis son collgue :
_ Rachid, tu veux bien y jeter un coup dil et nous relever tes premires constatations ?
_ Daccord, approuva ce dernier.
Aussitt, il se pencha sur la victime .Il tta son pouls, ses mains et ses cheveux .Puis, de sa main, il effleura ses joues et ses oreilles .Ensuite, assembla ses doigts et se mit en devoir de les serrer un par un .Enfin, il se releva et dit tout simplement :
_ jai fini !
_ Ce nest pas vrai ! Sexclama son collgue.
_ Je peux mme te donner un aperu de ce qui stait pass, ajouta le chercheur diplm.
Sur ce, il montra la joue droite de la victime :
_ Cette femme tait entrain de shabiller quand elle a reu la visite de son agresseur .Celui-ci a srement lhabitude de lui rendre visite .Donc, il a escalad le balcon et il a donn des petits coups sur la vitre de la fentre .Comme, elle le connat, madame Sedrati sest empresse de lui ouvrir et le faire entrer dans la pice .Jimagine que cest un intime. Regarde, il vient de lembrasser l en la mordant lgrement.
Je crois quil avait lintention de la tuer .Aussi, tout en la serrant lui, il lui entoura lcharpe autour de son cou et ltrangla de toutes ses forces.
Linspecteur Halabi secoua ngativement sa tte :
_ Non, cela me parait improbable !
_ En tout cas, ajouta-t-il, ce ne sont que des suppositions. Attendons le rapport de lautopsie.
Puisse se retournant vers les ambulanciers :
_ Messieurs, emmenez ce corps la morgue.
Quant vous monsieur Sedrati, racontez-nous ce que vous avez fait jusqu votre dcouverte du corps de votre pouse !
Monsieur Sedrati semblait mdus .Aussi, quand linspecteur le toucha lpaule, il sursauta :
_ Excusez-moi, balbutia-t-il, je ne me sens pas bien.
_ Venez au salon pour parler tte repose.
Puis, il interpela la bonne :
_ Prparez un bon caf noir pour monsieur ; il en a vraiment besoin.
_ Et pour vous messieurs ?
_ Non, rien merci

houmidi59







 
2011-10-04, 06:33   : ( 5 )

  houmidi59

: 20358
: Aug 2010
:
:
:
: 2,073 [+]
: ()
: 2932
: houmidi59 has a reputation beyond repute houmidi59 has a reputation beyond repute houmidi59 has a reputation beyond repute houmidi59 has a reputation beyond repute houmidi59 has a reputation beyond repute houmidi59 has a reputation beyond repute houmidi59 has a reputation beyond repute houmidi59 has a reputation beyond repute houmidi59 has a reputation beyond repute houmidi59 has a reputation beyond repute houmidi59 has a reputation beyond repute


houmidi59

: Intrigue policire : la femme mystrieuse


Episode III : les dclarations de monsieur Sedrati


Tout en buvant sa tasse de caf, monsieur Sedrati fit ses premires dclarations :
_ Je suis rentr chez moi vers six heures du soir. Juste quelques minutes aprs, ma femme accompagne de notre fille Nisrine rentrent leur tour. Cest alors que Siham me dit que nous sommes invits une crmonie de mariage de la fille de son oncle.
Linspecteur Rachid Slaoui linterrompit net :
_ Sil vous plait, monsieur Sedrati, donnez-nous le nom complet de la marie, ainsi que son adresse et le lieu de la crmonie
Le propritaire de la maison rcita sans quivoque :
_ La cousine de mon pouse sappelle : Ahlam Hamdi ; son adresse : immeuble Saada, appartement 13 au deuxime tage. Pour la crmonie, elle devra avoir lieu dans la salle des ftes du quartier Almassira.
Linspecteur prit note de ces informations. Puis :
_ Dites-moi monsieur Sedrati, comment sont les rapports entre vous et votre femme ?
_ Nous nous entendons bien ma femme et moi .Cest vrai quil arrive quon se dispute comme tous les mnages, mais rien dimportant qui incite garder des rancunes.
_ Donc, reprit linspecteur Halabi, votre pouse vous fait part du mariage de sa cousine .En ce moment l, quelle a t votre raction ?
_ Vous imaginez bien que jallais refuser. Non, messieurs, vous vous trompez : Ahlam, je la connais depuis ses premiers bancs de lcole et cest une grande joie sans limite de la voir marie
Linspecteur Rachid intervint son tour :
_ Depuis quand tes-vous maris ?
_ Dans une semaine nous fterons nos dix annes de mariage.
Cela ne fit qutonner linspecteur Halabi :
_ Dix ans ! Moi je vous aurais donn cinq bonnes annes ou six la rigueur
_ Ah, vous faites allusion ma fille Nisrine
_ Oui, approuva-t-il .Cest votre seule fille unique ; nest-ce pas ?
_ Non, javais une autre fille Nihad, morte subitement dans un accident de route lors dune excursion organise par son cole.
_ Navr de vous faire revivre le dcs de votre pupille.
_ Non, non ..Dailleurs, jai toujours pens elle.
Tenez, ajouta-t-il, demain, elle aurait eu ses neuf ans.
Aprs quelques instants laisss monsieur Sedrati pour voquer les souvenirs de sa fille, il reprit tout en essuyant quelques gouttes de larmes :
_ Jai aussitt dit Siham : pour une bonne nouvelle, cen est vraiment une !
Cependant, je nai pas manqu de lui reprocher : et le cadeau ? Comment allons-nous faire ? Tu vois bien quil est presque huit heures du soir !
Pas de soucis se faire ma-t-elle rpondu en souriant, le voil !
Et de me montrer un grand paquet envelopp dans du papier en fleur.
Tant mieux, jai conclu.
Avant de monter dans sa chambre, ma femme me dit que nous devons laisser Nisrine la maison et puisquil y a la bonne, elle va veiller sur elle
Puis, elle est monte pour prendre une douche et se changer.
Normalement, on devait sortir vers dix heures.
_ Alors, intervint linspecteur, pendant labsence de votre femme, quest-ce que vous avez fait ?
_ Jai dabord mang un sandwich que jai prpar la cuisine ; puis, jai regard la tl un certain temps .Comme Siham a un peu tard pour descendre, jai envoy notre bonne servante Hayat pour la chercher
Tout coup, jai entendu un cri.
_ Quel cri ?
_ un cri presque inaudible et indescriptible .Alors, jai mont rapidement les escaliers .Sur le seuil de la porte, Hayat est tendue sur le sol et lintrieur mon pouse est dans la mme position
_ Jespre que vous navez touch rien, avertit linspecteur Halabi
_ Soyez-sans crainte ; je me suis content de regarder
Et dajouter :
_ Il y a un dtail qui va vous intresser : quand je suis entr dans la chambre, les volets de la fentre sont grands ouverts et derrire le rideau, jai aperu une forme humaine.
Monsieur Sedrati leur donna un petit compte rendu de ce qui tait arriv et conclut :
_ Je crois quil sest bless en tombant.
Tout en notant ces dclarations, linspecteur Rachid Slaoui lana :
_ Dites-moi monsieur Sedrati, souponnez-vous quelquun ?
_ Avez-vous des ennemis ? Ajouta linspecteur Assam Halabi
_ Non, pas du tout : je ne souponne personne et je ne crois pas avoir des ennemis .Jai toujours t quelquun de pacifiste.
_ Cest bon, consentit linspecteur Halabi.
Et dajouter :
_ Une dernire chose quon a omis de vous poser : votre profession ?
_ Je suis directeur dune banque.
_ Daccord monsieur le directeur .Ce sera tout pour linstant. Demain, linspecteur Rachid vous posera des questions au sujet de votre pouse .Allez vous coucher ; on voit bien que vous allez vous crouler dun moment lautre.
_ Cest vrai, avoua-t-il.
Puis, il monta les escaliers petits pas tout en se maintenant par la barre de fer.
Les deux inspecteurs le regardrent un instant :
_ Tu crois que cest lui lassassin de sa femme, ironisa Rachid
Halabi tapa sur lpaule de son collgue :
_ Tu plaisantes, celui-l est incapable de tuer une mouche.
Non, non ! Il est loin dtre lassassin que nous cherchons.
Puis son ami :
_ Va nous chercher cette bonne !
_ Mais, elle est srement au lit !
_ Dtrompe-toi : toutes les bonnes coutent aux portes .Elle est srement dans la cuisine .Noublie pas de lui demander de nous prparer deux sandwichs ; moi jai une faim de loup.
_ Non, merci, je nai pas dapptit.
_ Alors, tant mieux pour moi. 0
houmidi59







 




:


11:30   Profvb en Alexa Profvb en Twitter Profvb en FaceBook xhtml validator css validator


- Profvb - - - -



Powered by vBulletin® Copyright ©2000 - 2019, Jelsoft Enterprises Ltd