:






  : > > > la prose


la prose nouvelle, conte...

 
  : ( 1 )  
2011-01-05, 16:04
  dalil-fatema
 
()

  dalil-fatema    
: 18437
: Jun 2010
:
:
: agadir-inezgane
: 52 [+]
: ()
: 10
: dalil-fatema
les aleas du destin






Elle a entendu une voiture sarrter devant le portail de limmeuble. i
i - Tiens, se dit-elle, il a dj fini sa tourne des bars ! i
Elle se prcipita vers la cuisine pour finir de prparer le diner tout en pensant son calvaire qui allait commencer trop tt ce week-end, elle nen connaissait le scenario que trs bien !...i
Comme dhabitude, il remonterait lescalier dun pas lourd en braillant des airs oum-keltoumiens, il trbucherait infailliblement sur la dernire marche, plus haute que les autres, et la mlodie se muerait en mugissements injurieux ! i
Comme dhabitude, il essaierait plusieurs cls avant de tomber sur la bonne et ouvrir la porte de leur appartement ; sa dernire barricade elle avant le dluge ! i
Comme dhabitude, elle redouterait son entre fracassante dans la salle manger o elle avait dj dress la table pour diner. Un diner qui ntait jamais son gout ; trop cuit, pas assez de sel, pas assez de sauce, trop dpices, salade mal assaisonne, caf froidtoutes les excuses taient valables pour exploser. i
Comme dhabitude, elle serait ptrifie par la peur et son mutisme serait peru par son mari comme un dfi, une bravade ce qui attiserait encore et encore sa colre. Elle ne ferait rien pour le dtromper ; cette attitude lui prservait un semblant damour propre, de fiert. i


Comme dhabitude, il lui jetterait tout sur la figure et loin de se calmer, se ruerait sur elle, la tirerait par la main jusqu la porte dentre pour la jeter dehors comme une marchandise prime !i
Comme dhabitude, ses cris fous lui parviendraient jusqu chez sa voisine qui laurait accueillie pour la nuit. Et l ce serait un autre supplice, et non des moindres qui commencerait. Ce serait un long discours sur lmancipation et les droits de la femme, sur la Modawana et ses atoutsi
i Lpoque de srail et de Sisayed est rvolue, dirait sa voisine, tu nes pas son esclave ! pourquoi tu te laisses faire..o est ta fiert..ton orgueil..ton amour propre ? demande le divorce et avec la Modawana tu lauras en deux tours trois mouvements avec en bonus la maison la voiture et une somme rondelette ta place jaurai bla bla bla .je connais un fqih pieux et hors de doute bla bla bla.i
comme dhabitude, elle naurait ni la force ni le moral pour discuter de la Modawana ou lmancipation ou la sorcellerie ....! Souvent les gens parlaient blanc quand ils ne sont pas dans le bain, et sa voisine ne savait ou ne voulait rien savoir sur les conditions de la femme divorce dans notre socit, surtout si elle tait issue dun milieu modeste et sans nul autre revenu que laumne dun ex-mari souvent rancunier. Et dans son cas, mme cette aumne elle laurait pas de son mari puisquils navaient pas eu denfants ! i


Un coup de sonnette strident coupa court son imagination vagabonde. i
i Quoi, encore ! Il a gar ses cls aussi, sexclama-t-elle. i
Par rflexe, elle jeta un coup dil par le judas de la porte et plt. i
i mon Dieu..un agent de police ! Son esprit sgailla dans tous les sens puis se figea sur deux fatalits : la morgue et la prison ! i

Un deuxime coup de sonnette la fit sursauter et tirer de sa lthargie. Elle ouvrit la porte implorant Dieu avec ferveur. Toute sa rancune, son dpit, ses humiliations taient oublies balays devant la crainte de perdre son Aziz ! i
Lagent interrompit ses prires
i Bonsoir madame. Cest ici o rside Mr Benchemsi ? i
i n..n..no..non mmonsieur, balbutia-t-elle, la gorge serre. Ce cest limmeuble d' cot.
i Merci Madame et bonne soire ! i
Encore sous le choc, elle ferma la porte et se dirigea vers le salon comme une somnambule.
i Cest un signe de Dieu, un avertissement, ne cessa-t-elle de se rpter! i
Je suis en train de vivre en marge de la vie mapitoyer sur mon sort, sans rien tenter, cest quoi cette passivit, allez rveille-toi un peu Hanan ! i


Jamais elle na eu aussi peur depuis laccident de ses parents survenu il y a quelques annes. elle se souvint des moindres dtails comme si ctait hier ; lagent de police qui sonnait leur portela course folle vers lhpital..la morgue. Elle noublierait jamais ces moments pnibles et surtout le soutien et le rconfort illimits de son mari. Oui, Aziz ntait pas du tout mauvais, ctait plutt une bonne graine ! Quand il est sobre, il tait toute gentillesse, toute tendresse, pour se mtamorphoser compltement le week-end, ctait incomprhensible, peut-tre que sa voisine avait raison et que quelquun leur avait jet un sort ? De toute faon, il tait temps de faire une mise au point et mettre la main sur ce qui clochait entre eux ces derniers mois ! i
Elle souriait en pensant sa voisine qui se plaisait lui rpter, mi-figue mi-raisin : i
i Tu lui trouves toujours des excuses ton Aziz chri ! i
Toi ma grande, tu dois souffrir de ce fameux syndrome de Stockholm. Va te faire soigner avant quil ne soit trop tard ! i
Nimporte quoi ! Elle ntait pas la victime de son mari, mais peut-tre que tous deux taient victimes du destin. i
Ce soir elle quitterait ce masque dindiffrence qui mettait son mari en rogne, elle irait jusqu lattendre en haut des escaliers pour lui viter ses dmls avec la dernire marche. Elle organiserait une soire tranquille et dtendue. Ils pourraient ainsi parler de leurs problmes cur ouvert

..



Aziz tait assis devant une bire tidie, dans un bar au centre ville. Il tournait et retournait son verre en fixant le liquide ambr au fond sans le voir. Il dtestait cette atmosphre qui puait la dbauche. Il dtestait le tour que prenait son mnage et sa vie avec. Il se dtestait pour son agressivit envers sa femme, sa Hanane cherie.il faut mettre fin ce cycle infernal ; il ne supportait plus le poids du remord chaque fois quil contemplait son visage anglique. Hanane tait la meilleure des pouses, rien lui reprocher sinon cet instinct maternel. Son cri de dsespoir et de dpit ltouffait. cela allait mal et cela durait longtemps, depuis le jour o il a surpris Hanane devant la fentre de leur chambre regarder jouer le petit Akram, fils des voisins. Elle ne sest mme pas rendu compte de sa prsence. Elle pleurait en silence et ses larmes taient comme des coups de poignard dans son cur et son me, des coups qui saignaient toujours. Il sen voulait de ne pouvoir combler le vu lgitime de sa femme bien-aime. i
Les premires annes de leurs mariage, et quand le petit ange a tard de venir, ils avaient entam une sries de consultations et danalyses, le verdict tait sans appel : le hic venait de lui. Et pour seule solution, on leur avait suggrs une insmination artificielle avec donneur. Ctait hors de question, ils avaient refus catgorisent ; leur enfant ne peut tre que de leurs chair et leur sang deux ! i
Leur dcision prcise, ils nen avaient plus parl et la vie avait repris son cours. Il stait fait lide de navoir pas denfant et avait pens que ctait de mme pour sa femme ; il stait tromp lourdement. i


Il se prit la tte entre les mains, ses yeux larmoyaient ; il nen pouvait plus de cette douleur, il devait franchir le pasdun coup, il se dressa ; sa dcision tait prise, il en parlerait Hanane cette nuit mme. Une paix intrieure le pntra, il se sentait calme et dlivr, cen tait fini avec ses tergiversations. i
Il paya son verre, sortit prcipitamment comme sil craignait de revenir sur sa dcision, se dirigea vers le parking pour prendre sa voiture direction la maison. Il gara la voiture et monta lescalier dun pas alerte en cherchant ses clspeine inutile ; Hanane tait l, au pas de la porte. i
i Aziz, ca va mon ami ?sexclama-t-elle
i Quoi Hanane. Tu es tonne que je sois sobre cette heure la ?fit-il avec sarcasme
i Pas du tout mon chri, viens, entrons ! Elle ferma la porte derrire eux alors quil savanait vers le salon et il se figea devant le spectacle : une table deux taient dresse avec une rose sur chaque assiette, des ptales de roses parpille sur la table et deux chandelles de chaque cot. Des bougies allumes partout dans le salon. Hanane teignit la lumire et se pressa pour mettre en marche leur vieux tourne-disque. La voix rauque de leur chanteur prfr diffusa. i
i Jai voulu te faire une surprise Aziz, ca te plait ? i


Doucement, il lui prit la main, la fit asseoir sur le canap et prit place cot delle. i
i coute-moi bien Hanane, tu sais que je taime plus que tout au monde et tpouser tait une bndiction de Dieu. Mais tu dois tre embrouille et scandalise par mon comportement vil et honteux de ces derniers mois. je ne me le pardonnerai jamais et je nose esprer ton pardon..Il fit une pause, puis continua avec une voix altre
i arrtons de tourner autour du pot, tu dsires ardemment un enfant et je ne peux te loffrir
i- mais Aziz je nai jamais protest oudun geste lent de la main, il larrta
i tes regards, tes larmes en disent long Hanane et cest ton droit le plus lmentaire ; tu dois refaire ta vie eti
i NOOON, sanglota-t-elle, tu ne peux pas me faire ca ! cest quoi la vie sans toi..non non non ne me quitte pas ne me tue pas
Tendrement, Aziz prend le visage de sa femme entre ses mains et la regarda droit dans les yeux
i tu verras ma chrie, quand tu prendras ton bb dans tes bras, tu oublieras le monde entier, moi compris. Je serai toujours la, tes cots, tu ne manqueras de rien jusquje taime trop pour te priver de ce bonheur et je sais qu ma place tu auras fait la mme chose. i
Il essuya une larme sur le visage de sa femme, lui dposa un baiser sur le frontEt la rpudia

....

Hanane se tutleur histoire ntait pas finie pour autant... il verra bien ! i
FIN



dalil-fatema
....
....
....
....

dalil-fatema ; 2011-01-06 09:31
2011-01-05, 18:42   : ( 2 )


: 5216
: Aug 2009
:
:
: Rabat
: 1,572 [+]
: ()
: 501
: Azzeddine.I is a glorious beacon of light Azzeddine.I is a glorious beacon of light Azzeddine.I is a glorious beacon of light Azzeddine.I is a glorious beacon of light Azzeddine.I is a glorious beacon of light Azzeddine.I is a glorious beacon of light


Azzeddine.I

: les aleas du destin

Que puis-je dire, chre Dalil, sinon BRAVO! un rcit sublime!
Mes compliments
Azzeddine.I

 
2011-01-06, 09:11   : ( 3 )
()

  dalil-fatema

: 18437
: Jun 2010
:
:
: agadir-inezgane
: 52 [+]
: ()
: 10
: dalil-fatema


dalil-fatema

: les aleas du destin

 Azzeddine.I
Que puis-je dire, chre Dalil, sinon BRAVO! un rcit sublime!
Mes compliments


venant d'un grand nouvelliste, tes compliments et tes encouragements me vont droit au coeur. i
merci Si Azzeddine
dalil-fatema
....
....
....
....
 
2011-02-02, 22:31   : ( 4 )
()


: 27971
: Feb 2011
:
:
: Ouarzazate
: 37 [+]
: ()
: 10
: ERRAJI


ERRAJI

: les aleas du destin

C'est superbe,chre amie Fatma,mais j'aurais aim une fin heureuse pour Aziz et Hanane
 
2011-02-11, 10:57   : ( 5 )
()


: 18041
: May 2010
:
:
:
: 791 [+]
: ()
: 198
:   has a spectacular aura about   has a spectacular aura about



: les aleas du destin

 



:


11:06   Profvb en Alexa Profvb en Twitter Profvb en FaceBook xhtml validator css validator


- Profvb - - - -



Powered by vBulletin® Copyright ©2000 - 2019, Jelsoft Enterprises Ltd