:






  : > > >


 
  : ( 1 )  
2010-12-07, 23:03
  express-1
 

  express-1    
: 10905
: Oct 2009
:
:
: AGADIR
: 7,693 [+]
: ()
: 6417
: express-1 has a reputation beyond repute express-1 has a reputation beyond repute express-1 has a reputation beyond repute express-1 has a reputation beyond repute express-1 has a reputation beyond repute express-1 has a reputation beyond repute express-1 has a reputation beyond repute express-1 has a reputation beyond repute express-1 has a reputation beyond repute express-1 has a reputation beyond repute express-1 has a reputation beyond repute
- -





Errachidia,06/12/10- Les batailles de Jbel Baddou s'embrasrent vers la mi-septembre 1933. Le gnral Hur fit appel cinq gnraux et trois rgions militaires. La rsistance, mene par Zayd Ouhmad Ouskounti, s'endurcissait de plus en plus.

Par Mustapha Elouizi


Le versant sud du Haut Atlas connut alors ses dernires grandes batailles contre l'occupant franais. En fait, les guerriers des At Mrghad, des At Hdiddou, des At Issa et d'Assif Melloul furent renforcs par les durs combattants des At Atta.


Ces derniers vivaient encore sur un triomphe moral et symbolique contre un occupant arm jusqu'aux dents. Des mois auparavant, ils avaient donn du fil retordre une arme coloniale forte de plus de 80 mille soldats.


La leon du Boughafer assimile, le gnral Hur entendait pargner ces troupes le syndrome du Saghru qu'il avait durement vcu personnellement. En vain, Ouskounti, qui s'imprgnait de la bravoure d'Assou Oubaslam et d'Abdelkerim El Khattabi, avait tenu tte une arme sophistiqu, une aviation efficace et des effectifs l'encerclant de tous bords.


Face aux dizaines de milliers de soldats de diffrents ordres (soldats rguliers, lgionnaires, spahis), les guerriers locaux n'avaient que trois cents fusils artisanaux. Ils faisaient montre, cependant, d'une grande conviction en leur cause, d'un devoir patriotique infaillible et d'une forte dtermination.


La stratgie des attaques-claires avait donn ses fruits. Au dbut, le gnral Hur chargea le colonel Arnaud d'assiger les moudjahidines par derrire, une initiative qui s'est avre dans quelques jours dj non rentable, tellement la contre-attaque avait t tenace.


L'on passa ainsi la confiscation des points d'eau, privant les populations de cette matire vitale. La direction de la rsistance en la personne d'Ouskounti, d'Ali Atermoun et de Sidi Ahmed N'At Sidi Larbi ne flchit pas pour autant.


En fait, toute une population avait t mobilise dans ces batailles. Les femmes n'taient jamais loin des champs de bataille. Elles soignaient les blesss, incitaient les combattants par des "warru" (chants berbres) et entachaient les dserteurs par du henn, une manire d'en faire la risette de la communaut.


Il fallait faire appel ainsi d'autres renforts. Contre ces guerriers jurs et convaincus de leur juste cause, le gnral Hur fera appel aux commandements de cinq gnraux relevant de Tadla, Mekns, Marrakech, Tinghir et celui des zones frontalires.


Une mobilisation tout azimut prit place. Zayd Ouhmad Ouskounti tait dj clbre dans les Salons politiques franais. "Bien que la position d'Ouskounti devienne de plus en plus critique, celui-ci demeure toujours aussi intransigeant, pourtant le nombre de ses fidles semble diminuer", tmoigna le colonel L. Voinot dans ses "Traces glorieuses", ajoutant que pour la seule journe du 25 aot l'arme avait accus "13 tus et 31 blesss, dont un officier".


Cinquante jours durant, Ouskounti et les siens ne flanchent pas face aux bolides des chars lourds blinds, aux raids ariens et aux coups des tirailleurs. Mais, face au manque de ravitaillements et d'eau surtout, ces braves guerriers font sortir la sagesse des Amghars amazighs.


L'histoire retiendra donc qu'ils furent aussi et surtout des guerriers d'une lucidit rare. En manque d'effectif, ils prennent de concert la dcision d'enclencher d'abord des pourparlers avec le gnral Giraud. Il fallait viter le pire, les troupes franaises venaient de tous les cts et leur nombre tait impressionnant.


Le 29 aot 1933, les Moudjahidines annoncent la fin des combats. Et comme au Saghru, les politiques franais n'osrent point parler d'un triomphe militaire, mais simplement d'une nouvelle pacification. Ce n'tait pourtant pas totalement fini.


La cause tant nationale, les guerriers survivants aux batailles de Jbel Baddou dans l'Ouskersou, allaient bientt rejoindre les rangs de la rsistance dans l'anti Atlas. L'objectif consistait librer tout un pays du joug de l'occupation

zizvalley.com
.




express-1 ; 2010-12-07 23:06

« "" | »

(Tags)
, , - , - ,


:


21:45   Profvb en Alexa Profvb en Twitter Profvb en FaceBook xhtml validator css validator


- Profvb - - - -



Powered by vBulletin® Copyright ©2000 - 2020, Jelsoft Enterprises Ltd