:






  : > >


...

 
  : ( 1 )  
2010-10-18, 19:13
 

       
: 5357
: Aug 2009
:
:
:
: 15,282 [+]
: ()
: 1313
:   has much to be proud of   has much to be proud of   has much to be proud of   has much to be proud of   has much to be proud of   has much to be proud of   has much to be proud of   has much to be proud of   has much to be proud of   has much to be proud of
Tarification des soins Amo : aprs les spcialistes, les gnralistes montent au crn





Tarification des soins Amo : aprs les spcialistes, les gnralistes montent au crneau


Publi le : 18/10/2010


En plus de la revalorisation des tarifs, les gnralistes veulent bnficier d'une couverture mdicale et d'un rgime de retraite.
Ils s'opposent ce que les pharmaciens puissent avoir le droit de substitution dans la prescription de mdicaments.
Selon leur syndicat, les mdecins gnralistes souffrent d'une baisse d'activit accrue en raison de la concurrence des spcialistes.



Aprs les spcialistes qui sont alls jusqu se dconventionner de lassurance maladie obligatoire (Amo) pour cause de tarifs des consultations trop bas, cest maintenant aux gnralistes de hausser le ton, pendant que le ministre de la sant est toujours en pourparlers avec
les organismes gestionnaires de lAmo pour la rvision de la tarification nationale de rfrence.
Le syndicat national de mdecine gnraliste (SNMG) dnonce en fait larrt inexpliqu des ngociations quil avait entames, depuis le dbut de lanne 2010, avec lagence nationale de lassurance maladie obligatoire (Anam) propos desdits tarifs. Celle-ci, souligne Rachid Choukri, prsident du SNMG, a remis, sans pour autant aviser les gnralistes, le dossier de ses propositions au ministre de la sant lexpiration du dlai rglementaire fix par la loi pour les ngociations. Aujourdhui, le syndicat rclame la reprise des ngociations. Dautant plus que larbitrage du ministre de la sant nest toujours pas tomb !, explique M.Choukri.
La reprise des ngociations permettrait, selon le syndicat, davoir une rponse ses propositions, faites par crit lAnam qui sont ce jour restes sans rponse. Cependant, le syndicat souligne son refus de renouveler la convention tarifaire si deux revendications ne sont pas prises en compte : La mise en place dun circuit coordonn de soins entre le mdecin gnraliste et le mdecin de famille, dune part, et, dautre part, la mise en place dune couverture maladie et dun rgime de retraite pour les gnralistes, prcise Rachid Choukri. En plus de ces points et de la revalorisation des tarifs, cur du dossier, les suggestions faites lAnam portent sur limplication du gnraliste dans les grands programmes de sant du pays et la participation au Ramed.

150 DH par consultation en cabinet et 250 DH domicile, en journe

Concernant la revalorisation des tarifs, le syndicat des gnralistes maintient sa proposition de porter le prix de la consultation en cabinet de 80 150 DH. Il est noter que le tarif actuel, 80 DH, fix par la convention nest pas respect par beaucoup de mdecins qui facturent la consultation entre 120 et 150 DH. Pour les consultations domicile, le syndicat propose un tarif de 250 DH le jour, 300 DH pour une consultation de nuit faite avant minuit. Entre minuit et six heures du matin, le patient devra payer
350 DH.
Pour le circuit des soins, lobligatoire passage par un gnraliste est requise. Les retombes conomiques de cette mesure sont importantes car aujourdhui, et depuis la mise en uvre de lAmo, on constate un abus des consultations effectues chez les spcialistes , dplore le prsident du SNMG. Daprs les conclusions dune rcente tude, poursuit-il, la Caisse nationale de scurit sociale (CNSS) a rembours, en un an, 300 000 consultations chez les spcialistes contre 100 000 chez les gnralistes. Les chiffres rvlent galement que 83 000 consultations ont t effectues chez des cardiologues. Ce qui constitue, selon le Dr Choukri, un abus notoire car dans la majorit des cas le malade peut tre trait par un gnraliste.
Le syndicat propose, pour limiter ces abus et, par l mme, matriser les dpenses de lAmo, le suivi de certaines pathologies lourdes par des gnralistes. le patient souffrant de diabte ou dhypertension devrait consulter une fois par an un spcialiste et le reste du temps il serait suivi par un gnraliste, suggre le prsident du syndicat.
La rorganisation du circuit des soins allgera galement les dpenses de remboursements effectus par les organismes gestionnaires et permettra aux cabinets de gnralistes de mieux tourner.
Aujourdhui, sur les 4 000 gnralistes en exercice au Maroc, un grand nombre est en crise. Le syndicat avance que le cabinet qui marche le mieux reoit une dizaine de patients par jour. Le chiffre daffaires moyen ralis mensuellement se situe entre 6 000 et 40 000 dirhams dont il faut dduire les charges de fonctionnement , indique le syndicat.
Et ce nest pas seulement les consultations supposes abusives chez les spcialistes qui gnent les gnralistes. Le syndicat pointe du doigt les pharmaciens qui encouragent lautomdication. De ce fait, il soppose au droit de substitution qui constitue une vritable catastrophe sil tait accord aux pharmaciens.
Pour faire entendre leur voix, les gnralistes ont demand une entrevue avec le secrtariat gnral du ministre de la sant. Pour lheure, aucune suite na t donne leur demande. En attendant, le syndicat prend son mal en patience parce quil ne peut mme pas envisager un dconventionnement de lAmo. En effet, le nombre de mdecins conventionns nest pas suffisamment lev pour que le SNMG puisse faire usage de ce moyen de pression.



Aziza Belouas



2010-10-19, 01:07   : ( 2 )
()

  aboud

: 8325
: Sep 2009
:
:
:
: 462 [+]
: ()
: 30
: aboud


aboud

: Tarification des soins Amo : aprs les spcialistes, les gnralistes montent au

aboud
 

« | »



:


16:11   Profvb en Alexa Profvb en Twitter Profvb en FaceBook xhtml validator css validator


- Profvb - - - -



Powered by vBulletin® Copyright ©2000 - 2020, Jelsoft Enterprises Ltd