:






  : > > > la prose


la prose nouvelle, conte...

 
  : ( 1 )  
2010-07-27, 12:05
 

  Azzeddine.I    
: 5216
: Aug 2009
:
:
: Rabat
: 1,572 [+]
: ()
: 501
: Azzeddine.I is a glorious beacon of light Azzeddine.I is a glorious beacon of light Azzeddine.I is a glorious beacon of light Azzeddine.I is a glorious beacon of light Azzeddine.I is a glorious beacon of light Azzeddine.I is a glorious beacon of light
Prmonition 4





Neuf heures du matin, le soleil tait dj au ciel et il faisait assez frais par cette matine de mars. Abdeslam avait pass le reste de la nuit dans sa voiture, guettant le retour dAziz. Soudain il vit Driss quitter la maison pas lents, en scrutant le bout du chemin qui menait au cimetire et resta l, immobile dans cette attitude indcise, espre-t-il voir Aziz ou le craint-il ? se demanda Abdeslam avant de dmarrer sa voiture dont le bruit du moteur ne tira pas Driss de ses penses. La voiture roula lentement sur des centaines de mtres, longea le mur du cimetire, sarrta proximit de lentre et Abdeslam jeta un regard dans la direction de la tombe de la dfunte, il ny avait aucune trace dAziz o peut-il tre maintenant ? il ne peut pas tre rentr chez lui quand mme ! se demanda-t-il.

Il se perdit alors dans ses penses, dans ses souvenirs les plus heureux, du temps o le bonheur runissait tous les membres de la famille pour passer les veilles du Ramadan, o on attendait son retour avec Aziz pour entendre les nouvelles histoires drles, et on riait se tordre. Oui, ils partaient, aprs la rupture du jene, au caf le caf ! oui bien sr ! Abdeslam se souvint tout coup du caf quAziz aimait frquenter. Il dcida alors de sy rendre pour revivre ces moments de bonheur, ne serait-ce que quelques bribes de ce bonheur. Il gara sa voiture proximit du caf, y entra et vit le coin quAziz aimait prendre il fut saisi dune immense joie lorsquil le vit assis sa table prfre.

- Javais un pressentiment que je te trouverais ici, frrot !x

Je tattendais, vois-tu !x

Ces quelques propos changs, ils plongrent dans un long silence, interrompu par le serveur qui apporta Abdeslam sa commande. La tte demi baisse , Aziz avait les cheveux en poivre et sel, presque blancs le plus jeune de ses frres ! Son regard avait quelque chose de lourd, plus lourd que le deuil, plus sombre que la nuit de son dpart, aussi expressif que le regard de la dfunte, moins prsent que la personne dAziz. Abdeslam le contemplait avec amour et ne sut dissimuler un sourire denfant quand leurs regards se croisrent.

- Ça fait longtemps, Abdeslam, quon na pas savour ce moment nest-ce pas ?x

- Oui longtemps ! trop longtemps ! fallait-il un deuil pour le revivre ce souvenir !x

- Ctait mieux ainsix

- Pour nous ou pour toi ?x

- Pour tout le mondex

- - Non, Aziz a ntait pas une bonne chose pour nous et encore moins pour notre mrex

-Comment vont tes enfants, Abdeslam ?x

-Bien tu veux changer de sujet, cest a !x

-

-Aziz !x

-Oui !x

Peux-tu me croire si je te dis que, jusqu cet instant, je ne sais pas ce qui stait pass lautre nuit ?x

Oui, je te croisx

Comment peux-tu le savoir ?x

Notre mre tait honnte et savait tenir sa promesse

- Quelle promesse ?x

- Quelle mavait faite cette nuit, avant mon dpart x

- Elle tavait promis quoi ?x

- De ne jamais en parler.x

- Parler de quoi ?x

- Allons Abdeslam ! tu me connais, je ne te dirai rien. Tout a cest du pass nen parlons plus

- - Mais pourquoi la dfunte priait toujours pour que tu lui pardonnes ?x

- Que Dieu ait son me en sa misricorde !x

- Tu lui as pardonn alors ?x

- Non.x

Abdeslam tait sidr par cette rponse si brusque, si sche et aussi brutale quune balle de pistolet. Il regarda longtemps Aziz sans pouvoir dterminer quel sentiment il avait pour lui en cet instant-l. Aziz alluma une cigarette, souffla la fume sur le bord de son verre et se perdit dans ses penses.

Douze annes de sparation avaient faonn un autre Aziz : subitement il stait dress un autre personnage, plus fort, plus ambigu, plus absent Aziz avait perdu son sourire innocent, cest dsormais un rictus ironique qui se traait sur ses lvres bleuies par le tabac il avait perdu son regard doux et aimant qui a laiss place un regard dur, scrutateur teint dune nuance de colre permanente. Abdeslam tait dsempar devant son petit frre.

- Tu as trop chang, Aziz !x

- , Aziz se contenta dun sourire artificiel

- Je ne te connais plus, Aziz !x

- - Non Abdeslam, non ! ne te fais pas de soucis pour moi jai peut-tre chang de physionomie, mais mon cur est toujours sa place et la place que tu y tiens na pas chang dun iota, mon frre cest juste lloignement, et un peu limpact de la solitude o jai vcu toutes ces annes jai perdu beaucoup de mon bavardage, nest-ce pas ? dit-il avec un rire chaleureux qui fit monter les larmes aux yeux de Abdeslam.x



Azzeddine.I

2010-07-27, 12:22   : ( 2 )


: 18115
: May 2010
:
:
:
: 4,378 [+]
: ()
: 956
: lamhamdi22 is a splendid one to behold lamhamdi22 is a splendid one to behold lamhamdi22 is a splendid one to behold lamhamdi22 is a splendid one to behold lamhamdi22 is a splendid one to behold lamhamdi22 is a splendid one to behold lamhamdi22 is a splendid one to behold lamhamdi22 is a splendid one to behold


lamhamdi22

: Prmonition 4

merci frere pour le travail
mes salutations
 
2010-07-27, 23:42   : ( 3 )

  pianiste des merveilles

: 19647
: Jul 2010
:
:  female
:
: 1,147 [+]
: ()
: 321
: pianiste des merveilles is a jewel in the rough pianiste des merveilles is a jewel in the rough pianiste des merveilles is a jewel in the rough pianiste des merveilles is a jewel in the rough


pianiste des merveilles

: Prmonition 4

Merci pour ce texte autobiographique cher collgue !!
La plupart des chefs duvres dans le monde de la littrature ou lart ont une motivation cest les souvenirs !!
Des souvenirs quil faut mettre en mots grce la magie de lcriture
Mais il est intressent de discuter de lexception de ce style littraire cest le je entre le je de lauteur et celui du personnage on appelle ce terme la coexistence cela nous mne dire quil y a un ddoublement de conscience .
Je ne veux pas prendre le rle dune personne qui critique non !
Sauf que ce texte reste un sujet discuter sans oublier aussi son cot lyrique quon peut sentir ou remarquer ds notre premier lecture !
cher collgue Azzedine.I
Merci pour ce texte
Mes salutations
pianiste des merveilles


Comprendre une personne c'est dj lui parler. Poser l'existence d'autrui en la laissant tre, c'est dj avoir accept cette existence, avoir tenu compte d'elle.
 
2010-07-28, 18:12   : ( 4 )


: 5216
: Aug 2009
:
:
: Rabat
: 1,572 [+]
: ()
: 501
: Azzeddine.I is a glorious beacon of light Azzeddine.I is a glorious beacon of light Azzeddine.I is a glorious beacon of light Azzeddine.I is a glorious beacon of light Azzeddine.I is a glorious beacon of light Azzeddine.I is a glorious beacon of light


Azzeddine.I

: Prmonition 4

 sagouni
merci frere pour le travail
mes salutations

Merci, cher Sagouni, pour le passage et la lecture
Mes amitis

Azzeddine.I

 
2010-07-28, 18:16   : ( 5 )


: 5216
: Aug 2009
:
:
: Rabat
: 1,572 [+]
: ()
: 501
: Azzeddine.I is a glorious beacon of light Azzeddine.I is a glorious beacon of light Azzeddine.I is a glorious beacon of light Azzeddine.I is a glorious beacon of light Azzeddine.I is a glorious beacon of light Azzeddine.I is a glorious beacon of light


Azzeddine.I

: Prmonition 4

 hegelienne
Merci pour ce texte autobiographique cher collgue !!
La plupart des chefs duvres dans le monde de la littrature ou lart ont une motivation cest les souvenirs !!
Des souvenirs quil faut mettre en mots grce la magie de lcriture
Mais il est intressent de discuter de lexception de ce style littraire cest le je entre le je de lauteur et celui du personnage on appelle ce terme la coexistence cela nous mne dire quil y a un ddoublement de conscience .
Je ne veux pas prendre le rle dune personne qui critique non !
Sauf que ce texte reste un sujet discuter sans oublier aussi son cot lyrique quon peut sentir ou remarquer ds notre premier lecture !
cher collgue Azzedine.I
Merci pour ce texte
Mes salutations

Merci, chre hegelienne, pour le passage et la lecture
comme je l'ai dj dit quelques membres, il ne s'agit aucunement d'un rcit autobiographique, tout est pur produit de mon imagination!! hhhhhh
Mes amitis
Azzeddine.I

 




:


11:18   Profvb en Alexa Profvb en Twitter Profvb en FaceBook xhtml validator css validator


- Profvb - - - -



Powered by vBulletin® Copyright ©2000 - 2019, Jelsoft Enterprises Ltd