:






  : > > > textes choisis


textes choisis textes des auteurs ou textes de qualit rencontrs dans d'autres sites

 
  : ( 1 )  
2017-10-22, 14:51
 

       
: 12994
: Oct 2009
:
:  male
:
: 32,927 [+]
: ()
: 18732
:   has a reputation beyond repute   has a reputation beyond repute   has a reputation beyond repute   has a reputation beyond repute   has a reputation beyond repute   has a reputation beyond repute   has a reputation beyond repute   has a reputation beyond repute   has a reputation beyond repute   has a reputation beyond repute   has a reputation beyond repute
La rpudiation - Rachid Boudjedra (extrait)





La rpudiation - Rachid Boudjedra
(extrait)
Hpital. Bgonias dans le jardin. Fentres ouvertes. Les infirmires varices dambulent, se mfient des malades qui gloussent et des scorpions qui grouillent sous les lits. Elles ont peur, mais elles auraient mieux fait d'tre apodes plutt que d'nerver les patients avec le glissement furtif de leurs pas. A quoi rime ce va-et-vient doucereux ? L'agitation est d'autant plus vaine qu'elles ne craignent rien : au moindre incident, des hommes dissimuls derrire les portes interviendront et juguleront toute tentative de sdition. Titubation : un malade entre, il a l'air d'un anachorte qui a perdu sa transe; une fois couch, le nouveau venu perd de son intrt et il ne nous reste plus qu' chercher un nouveau ple d'attraction. Les bgonias ? Ils ont l'air passif. Les scorpions ? Ils ne cessent de tourner en rond et le bruit qu'ils font en s'entrechoquant ne peut parvenir qu' une oreille inite. Un plateau plein de fruits trne sur la petite table visse mon lit; elle est donc venue. Prciser l'heure de son arrive ou de son dpart est au-dessus de mes forces ; me souvenir de ce qu'elle m'a dit exige un effort qui me laissera fourbu toute la semaine, la peau moite ; impression d'avoir mu en utilisant un mollient que le mdecin m'aurait donn en cachette car le rglement interdit de telles pratiques : changer de peau. Inutile de me rappeler l'heure de son arrive, ni la couleur de sa robe ; je connais seulement son prnom : Cline, et le numro trs spcial de sa voiture. Elle vient me voir souvent et le mdecin m'autorise partir avec elle pendant le week-end ; nous retrouvons alors la chambre hideuse et la couverture effiloche et j'ai hte de revenir l'asile, bien que j'aie pass toute la nuit rpter que je ne voulais pas y retourner. Dans le service o je suis, il n'y a pas de camisole de force et personne ne hurle ; seules les infirmires nous gchent notre plaisir et notre bien-tre ; elles sont laides et ont la manie de faire scher leurs mouchoirs sur les rebords des fentres de la grande salle commune ; elles arborent aussi une nodosit qui donne leurs viages un caractre inexpugnable et dfinitif. Effrayantes, bigles, simiesques haridelles ; elles se prennent pour des martyres parce qu'elles soignent des fous. L'une d'entre elles ressemble trangement Lella Acha, la belle-mre de ma dfunte soeur ; elle vite de me regarder et j'en fais autant ; son fils s'est remari depuis quelques temps (comment l'ai-je appris ? Je n'en sais rien ! ). Tremblements. Vibrations... Sueur, ma mre ! La ville nous parvenait comme une rumeur impalpable et dmesure ; l't s'ternisait et venait de la mer ; nous ne savions plus que faire. Dis-moi, Cline, lentement, le nom de la ville o je suis et le nom de la mer qui la baigne... Les mdecins refusent de me le dire, sous prtexte que je simule.




Rachid Boudjedra (-), roman publi en 1969



01 1440/*/032019
10 1440/*/122019
01 1441/*/01 2019






:


05:50   Profvb en Alexa Profvb en Twitter Profvb en FaceBook xhtml validator css validator


- Profvb - - - -



Powered by vBulletin® Copyright ©2000 - 2019, Jelsoft Enterprises Ltd