:






  : > > > textes choisis


textes choisis textes des auteurs ou textes de qualit rencontrs dans d'autres sites

 
  : ( 1 )  
2017-10-22, 04:33
 

       
: 12994
: Oct 2009
:
:  male
:
: 32,928 [+]
: ()
: 18732
:   has a reputation beyond repute   has a reputation beyond repute   has a reputation beyond repute   has a reputation beyond repute   has a reputation beyond repute   has a reputation beyond repute   has a reputation beyond repute   has a reputation beyond repute   has a reputation beyond repute   has a reputation beyond repute   has a reputation beyond repute
Les plus beaux textes de la littrature franaise





Les plus beaux textes de la littrature franaise

Trois ans aprs
Il est temps que je me repose ;
Je suis terrass par le sort.
Ne me parlez pas d'autre chose
Que des tnbres o l'on dort !

Que veut-on que je recommence ?
Je ne demande dsormais
A la cration immense
Qu'un peu de silence et de paix !

Pourquoi m'appelez-vous encore ?
J'ai fait ma tche et mon devoir.
Qui travaillait avant l'aurore,
Peut s'en aller avant le soir.

A vingt ans, deuil et solitude !
Mes yeux, baisss vers le gazon,
Perdirent la douce habitude
De voir ma mre la maison.

Elle nous quitta pour la tombe ;
Et vous savez bien qu'aujourd'hui
Je cherche, en cette nuit qui tombe,
Un autre ange qui s'est enfui !

Vous savez que je dsespre,
Que ma force en vain se dfend,
Et que je souffre comme pre,
Moi qui souffris tant comme enfant !

Mon oeuvre n'est pas termine,
Dites-vous. Comme Adam banni,
Je regarde ma destine,
Et je vois bien que j'ai fini.

L'humble enfant que Dieu m'a ravie
Rien qu'en m'aimant savait m'aider ;
C'tait le bonheur de ma vie
De voir ses yeux me regarder.

Si ce Dieu n'a pas voulu clore
L'oeuvre qu'il me fit commencer,
S'il veut que je travaille encore,
Il n'avait qu' me la laisser !

Il n'avait qu' me laisser vivre
Avec ma fille mes cts,
Dans cette extase o je m'enivre
De mystrieuses clarts !

Ces clarts, jour d'une autre sphre,
Ô Dieu jaloux, tu nous les vends !
Pourquoi m'as-tu pris la lumire
Que j'avais parmi les vivants ?

As-tu donc pens, fatal matre,
Qu' force de te contempler,
Je ne voyais plus ce doux tre,
Et qu'il pouvait bien s'en aller ?

T'es-tu dit que l'homme, vaine ombre,
Hlas! perd son humanit
A trop voir cette splendeur sombre
Qu'on appelle la vrit ?

Qu'on peut le frapper sans qu'il souffre,
Que son coeur est mort dans l'ennui,
Et qu' force de voir le gouffre,
Il n'a plus qu'un abme en lui ?

Qu'il va, stoque, o tu l'envoies,
Et que dsormais, endurci,
N'ayant plus ici-bas de joies,
Il n'a plus de douleurs aussi ?

As-tu pens qu'une me tendre
S'ouvre toi pour se mieux fermer,
Et que ceux qui veulent comprendre
Finissent par ne plus aimer ?

Ô Dieu ! vraiment, as-tu pu croire
Que je prfrais, sous les cieux,
L'effrayant rayon de ta gloire
Aux douces lueurs de ses yeux ?

Si j'avais su tes lois moroses,
Et qu'au mme esprit enchant
Tu ne donnes point ces deux choses,
Le bonheur et la vrit,

Plutt que de lever tes voiles,
Et de chercher, coeur triste et pur,
A te voir au fond des toiles,
Ô Dieu sombre d'un monde obscur,

J'eusse aim mieux, loin de ta face,
Suivre, heureux, un troit chemin,
Et n'tre qu'un homme qui passe
Tenant son enfant par la main


Victor HUGO



01 1440/*/032019
10 1440/*/122019
01 1441/*/01 2019



2017-10-22, 04:35   : ( 2 )


: 12994
: Oct 2009
:
:  male
:
: 32,928 [+]
: ()
: 18732
:   has a reputation beyond repute   has a reputation beyond repute   has a reputation beyond repute   has a reputation beyond repute   has a reputation beyond repute   has a reputation beyond repute   has a reputation beyond repute   has a reputation beyond repute   has a reputation beyond repute   has a reputation beyond repute   has a reputation beyond repute



: Les plus beaux textes de la littrature franaise

Jean d'Ormesson
Qu'ai-je donc fait?


Qu'ai-je donc fait ?

J'ai aim l'eau, la lumire, le soleil, les matins d't, les ports, la douceur du soir dans les collines et une foule de dtails sans le moindre intrt comme cet olivier trs rond dont je me souviens encore dans la baie de Fethiye ou un escalier bleu et blanc flanqu de deux fontaines dans un village des Pouilles dont j'ai oubli le nom. Je ne regrette ni d'tre venu ni de devoir repartir vers quelque chose d'inconnu dont personne, grce Dieu, n'a jamais pu rien savoir. J'ai trouv la vie trs belle et assez longue mon got. J'ai eu de la chance. Merci. J'ai commis des fautes et des erreurs. Pardon. Pensez moi de temps en temps. Saluez le monde pour moi quand je ne serai plus l. C'est une drle de machine faire verser des larmes de sang et rendre fou de bonheur. Je me retourne encore une fois sur ce temps perdu et gagn et je me dis, je me trompe peut-tre, qu'il m'a donn - comme a, pour rien, avec beaucoup de grce et de bonne volont - ce qu'il y a eu de meilleur de toute ternit : la vie d'un homme parmi les autres.
01 1440/*/032019
10 1440/*/122019
01 1441/*/01 2019



 
2017-10-22, 04:37   : ( 3 )


: 12994
: Oct 2009
:
:  male
:
: 32,928 [+]
: ()
: 18732
:   has a reputation beyond repute   has a reputation beyond repute   has a reputation beyond repute   has a reputation beyond repute   has a reputation beyond repute   has a reputation beyond repute   has a reputation beyond repute   has a reputation beyond repute   has a reputation beyond repute   has a reputation beyond repute   has a reputation beyond repute



: Les plus beaux textes de la littrature franaise

J'aime beaucoup le texte de Victor Hugo que tu as publi, pour ma part je suis assez friande de Voltaire, ainsi que de molire, les anciens auteurs avaient un talent et une faon d'crire qui me boulverse. Leurs textes parlent, avec eux la litrature parait si simple. Ce qui est intressant est de replacer ces diffrents auteurs dans leur contexte historique, politique et social et se demander comment ils ont pu parler avec autant de facilit, nous faire voyager travers l'espace et le temps. En ce qui concerne les auteurs contemporains, j'aime la biographie d'Anny Duperey mme si cette actrice ne m'intresse pas rellement dans ses films, je ne suis pas particulirement fan, mais sa biographie et son sentiment de culpabilit qu'elle conserve tout au long de son oeuve m'a fait prouver normment de sensations ainsi que d'interrogations, comment aurais-je ragis dans une semblable situation ... c'est intressant d'une point de vue humain, que d'un point de vue litraire, elle a un style bien elle. Je ne dvoile pas d'avantage, si a intresse le titre de son oeuvre est le Voile Noir... bonne lecture
01 1440/*/032019
10 1440/*/122019
01 1441/*/01 2019



 
2017-10-22, 04:37   : ( 4 )


: 12994
: Oct 2009
:
:  male
:
: 32,928 [+]
: ()
: 18732
:   has a reputation beyond repute   has a reputation beyond repute   has a reputation beyond repute   has a reputation beyond repute   has a reputation beyond repute   has a reputation beyond repute   has a reputation beyond repute   has a reputation beyond repute   has a reputation beyond repute   has a reputation beyond repute   has a reputation beyond repute



: Les plus beaux textes de la littrature franaise

- La plus haute de toutes les folies, disait-elle, est de rougir des penchants que nous avons reus de la nature; et se moquer d'un individu quelconque qui a des gots singuliers, est absolument aussi barbare qu'il le serait de persifler un homme ou une femme sorti borgne ou boiteux du sein de sa mre, mais persuader ces principes raisonnables des sots, c'est entreprendre d'arrter le cours des astres. Il y a une sorte de plaisir pour l'orgueil, se moquer des dfauts qu'on n'a point, et ces jouissances-l sont si douces l'homme et particulirement aux imbciles, qu'il est trs rare de les y voir renoncer... Ça tablit des mchancets d'ailleurs, de froids bons mots, de plats calembours, et pour la socit, c'est--dire pour une collection d'tres que l'ennui rassemble et que la stupidit modifie, il est si doux de parler deux ou trois heures sans avoir rien dit, si dlicieux de briller aux dpens des autres et d'annoncer en blmant un vice qu'on est bien loign de l'avoir... c'est une espce d'loge qu'on prononce tacitement sur soi-mme; ce prix-l on consent mme s'unir aux autres, faire cabale pour craser l'individu dont le grand tort est de ne pas penser comme le commun des mortels, et l'on se retire chez soi tout gonfl de l'esprit qu'on a eu, quand on n'a foncirement prouv par une telle conduite que du pdantisme et de la btise.
01 1440/*/032019
10 1440/*/122019
01 1441/*/01 2019



 
2017-10-22, 04:38   : ( 5 )


: 12994
: Oct 2009
:
:  male
:
: 32,928 [+]
: ()
: 18732
:   has a reputation beyond repute   has a reputation beyond repute   has a reputation beyond repute   has a reputation beyond repute   has a reputation beyond repute   has a reputation beyond repute   has a reputation beyond repute   has a reputation beyond repute   has a reputation beyond repute   has a reputation beyond repute   has a reputation beyond repute



: Les plus beaux textes de la littrature franaise

I
Dans la plus verte de nos valles,
Par les bons anges habite,
Autrefois un beau et majestueux palais,
Un rayonnant palais dressait son front.
C'tait dans le domaine du monarque Pense,
C'tait l qu'il s'levait!
Jamais sraphin ne dploya son aile
Sur un difice moiti aussi beau.

Il
Des bannires blondes. superbes, dores,
A son dme flottaient et ondulaient;
(C'tait, tout cela, c'tait dans le vieux,
Dans le trs vieux temps.)
Et, chaque douce brise qui se jouait
Dans ces suaves journes,
Le long des remparts chevelus et ples,
S'chappait un parfum ail.

III
Les voyageurs, dans cette heureuse valle,
A travers deux fentres lumineuses, voyaient
Des esprits qui se mouvaient harmonieusement
Au commandement d'un luth bien accord.
Tout autour d'un trne, o, sigeant
Un vrai Porphyrognte, celui-l!
Dans un apparat digne de sa gloire,
Apparaissait le matre du royaume.

IV
Et tout tincelante de nacre et de rubis
Etait la porte du beau palais,
Par laquelle coulait flots, flots, flots,
Et ptillait incessamment
Une troupe d'Echos dont l'agrable fonction
Était simplement de chanter,
Avec des accents d'une exquise beaut,
L'esprit et la sagesse de leur roi.

V
Mais des tres de malheur, en robes de deuil,
Ont assailli la haute autorit du monarque.
Ah! pleurons! Car jamais l'aube d'un lendemain
Ne brillera sur lui, le dsol!
Et tout autour de sa demeure, la gloire
Qui s'empourprait et florissait
N'est plus qu'une histoire, souvenir tnbreux
Des vieux ges dfunts.

VI
Et maintenant les voyageurs, dans cette valle,
A travers les fentres rougetres, voient
De vastes formes qui se meuvent fantastiquement
Aux sons d'une musique discordante;
Pendant que, comme une rivire rapide et lugubre,
A travers la porte ple,
Une hideuse multitude se rue ternellement;
Qui va clatant de rire, ne pouvant plus sourire.

Le Palais Hant (La chute de la maison Usher - Edgar Allan Poe, traduction Charles Beaudelaire)
01 1440/*/032019
10 1440/*/122019
01 1441/*/01 2019



 



:


22:22   Profvb en Alexa Profvb en Twitter Profvb en FaceBook xhtml validator css validator


- Profvb - - - -



Powered by vBulletin® Copyright ©2000 - 2019, Jelsoft Enterprises Ltd