:






  : > > > textes choisis


textes choisis textes des auteurs ou textes de qualit rencontrs dans d'autres sites


 
  : ( 1 )  
2014-10-20, 23:06
 

       
: 18006
: May 2010
:
:  female
: Agadir
: 24,580 [+]
: ()
: 10986
:   has a reputation beyond repute   has a reputation beyond repute   has a reputation beyond repute   has a reputation beyond repute   has a reputation beyond repute   has a reputation beyond repute   has a reputation beyond repute   has a reputation beyond repute   has a reputation beyond repute   has a reputation beyond repute   has a reputation beyond repute
c4 Guy de Maupassant : La parure.





Guy de Maupassant : La parure.

Texte publi dans Le Gaulois du 17 fvrier 1884.

LA PARURE





C'tait une de ces jolies et charmantes filles, nes, comme par une erreur du destin, dans une famille d'employs. Elle n'avait pas de dot, pas d'esprances, aucun moyen d'tre connue, comprise, aime, pouse par un homme riche et distingu; et elle se laissa marier avec un petit commis du ministre de l'Instruction publique.
Elle fut simple, ne pouvant tre pare, mais malheureuse comme une dclasse; car les femmes n'ont point de caste ni de race, leur beaut, leur grce et leur charme leur servant de naissance et de famille. Leur finesse native, leur instinct d'lgance, leur souplesse d'esprit sont leur seule hirarchie, et font des filles du peuple les gales des plus grandes dames.
Elle souffrait sans cesse, se sentant ne pour toutes les dlicatesses et tous les luxes. Elle souffrait de la pauvret de son logement, de la misre des murs, de l'usure des siges, de la laideur des toffes. Toutes ces choses, dont une autre femme de sa caste ne se serait mme pas aperue, la torturaient et l'indignaient. La vue de la petite Bretonne qui faisait son humble mnage veillait en elle des regrets dsols et des rves perdus. Elle songeait aux antichambres nettes, capitonnes avec des tentures orientales, claires par de hautes torchres de bronze, et aux deux grands valets en culotte courte qui dorment dans les larges fauteuils, assoupis par la chaleur lourde du calorifre. Elle songeait aux grands salons vtus de soie ancienne, aux meubles fins portant des bibelots inestimables, et aux petits salons coquets parfums, faits pour la causerie de cinq heures avec les amis les plus intimes, les hommes connus et recherchs dont toutes les femmes envient et dsirent l'attention.
Quand elle s'asseyait, pour dner, devant la table ronde couverte d'une nappe de trois jours, en face de son mari qui dcouvrait la soupire en dclarant d'un air enchant: Ah ! le bon pot-au-feu ! je ne sais rien de meilleur que cela , elle songeait aux dners fins, aux argenteries reluisantes, aux tapisseries peuplant les murailles de personnages anciens et d'oiseaux tranges au milieu d'une fort de ferie; elle songeait aux plats exquis servis en des vaisselles merveilleuses, aux galanteries chuchotes et coutes avec un sourire de sphinx, tout en mangeant la chair rose d'une truite ou des ailes de glinotte.
Elle n'avait pas de toilettes, pas de bijoux, rien. Et elle n'aimait que cela; elle se sentait faite pour cela. Elle et tant dsir plaire, tre envie, tre sduisante et recherche.
Elle avait une amie riche, une camarade de couvent qu'elle ne voulait plus aller voir, tant elle souffrait en revenant. Et elle pleurait pendant des jours entiers, de chagrin, de regret, de dsespoir et de dtresse.
................


A suivre

le rcit n'est pas achev




.
"


; 2014-10-20 23:15
2014-10-22, 21:15   : ( 2 )


: 12994
: Oct 2009
:
:  male
:
: 32,927 [+]
: ()
: 18732
:   has a reputation beyond repute   has a reputation beyond repute   has a reputation beyond repute   has a reputation beyond repute   has a reputation beyond repute   has a reputation beyond repute   has a reputation beyond repute   has a reputation beyond repute   has a reputation beyond repute   has a reputation beyond repute   has a reputation beyond repute



: Guy de Maupassant : La parure.

-***********************-
.. ...
-************************-
.
01 1440/*/032019
10 1440/*/122019
01 1441/*/01 2019



 
2014-10-22, 21:50   : ( 3 )


: 18006
: May 2010
:
:  female
: Agadir
: 24,580 [+]
: ()
: 10986
:   has a reputation beyond repute   has a reputation beyond repute   has a reputation beyond repute   has a reputation beyond repute   has a reputation beyond repute   has a reputation beyond repute   has a reputation beyond repute   has a reputation beyond repute   has a reputation beyond repute   has a reputation beyond repute   has a reputation beyond repute



c5 : Guy de Maupassant : La parure.


oooooooo...........La parure (2) suite ......oooo

Or, un soir, son mari rentra, l'air glorieux et tenant la main une large enveloppe.
-Tiens, dit-il, voici quelque chose pour toi.
Elle dchira vivement le papier et en tira une carte qui portait ces mots:
"Le ministre de l'Instruction publique et Mme Georges Ramponneau prient M. et Mme Loisel de leur faire l'honneur de venir passer la soire l'htel du ministre, le lundi 18 janvier."
Au lieu d'tre ravie, comme l'esprait son mari, elle jeta avec dpit l'invitation sur la table, murmurant:
- Que veux-tu que je fasse de cela?
- Mais, ma chrie, je pensais que tu serais contente. Tu ne sors jamais, et c'est une occasion, cela, une belle ! J'ai eu une peine infinie l'obtenir. Tout le monde en veut; c'est trs recherch et on n'en donne pas beaucoup aux employs. Tu verras l tout le monde officiel.
Elle le regardait d'un oeil irrit, et elle dclara avec impatience:
- Que veux-tu que je me mette sur le dos pour aller l?
Il n'y avait pas song; il balbutia:
- Mais la robe avec laquelle tu vas au thtre. Elle me semble trs bien, moi...
Il se tut, stupfait, perdu, en voyant que sa femme pleurait. Deux grosses larmes descendaient lentement des coins des yeux vers les coins de la bouche; il bgaya:
- Qu'as-tu? qu'as-tu?
Mais, par un effort violent, elle avait dompt sa peine et elle rpondit d'une voix calme en essuyant ses joues humides:
- Rien. Seulement je n'ai pas de toilette et par consquent, je ne peux aller cette fte. Donne ta carte quelque collgue dont la femme sera mieux nippe que moi.
Il tait dsol. Il reprit:
- Voyons, Mathilde. Combien cela coterait-il, une toilette convenable, qui pourrait te servir encore en d'autres occasions, quelque chose de trs simple?
Elle rflchit quelques secondes, tablissant ses comptes et songeant aussi la somme qu'elle pouvait demander sans s'attirer un refus immdiat et une exclamation effare du commis conome.
Enfin, elle rpondit en hsitant:
- Je ne sais pas au juste, mais il me semble qu'avec quatre cents francs je pourrais arriver.
ll avait un peu pli, car il rservait juste cette somme pour acheter un fusil et s'offrir des parties de chasse, l't suivant, dans la plaine de Nanterre, avec quelques amis qui allaient tirer des alouettes, par l, le dimanche.
Il dit cependant:
- Soit. Je te donne quatre cents francs. Mais tche d'avoir une belle robe.
"

 
2014-10-22, 21:52   : ( 4 )


: 18006
: May 2010
:
:  female
: Agadir
: 24,580 [+]
: ()
: 10986
:   has a reputation beyond repute   has a reputation beyond repute   has a reputation beyond repute   has a reputation beyond repute   has a reputation beyond repute   has a reputation beyond repute   has a reputation beyond repute   has a reputation beyond repute   has a reputation beyond repute   has a reputation beyond repute   has a reputation beyond repute



: Guy de Maupassant : La parure.

A suivre

Rcit trs passinnant .... lire
"

 
2014-10-22, 21:56   : ( 5 )


: 18006
: May 2010
:
:  female
: Agadir
: 24,580 [+]
: ()
: 10986
:   has a reputation beyond repute   has a reputation beyond repute   has a reputation beyond repute   has a reputation beyond repute   has a reputation beyond repute   has a reputation beyond repute   has a reputation beyond repute   has a reputation beyond repute   has a reputation beyond repute   has a reputation beyond repute   has a reputation beyond repute



: Guy de Maupassant : La parure.


La parure ( 3) suite

Le jour de la fte approchait, et Mme Loisel semblait triste, inquite, anxieuse. Sa toilette tait prte cependant. Son mari lui dit un soir:
- Qu'as-tu? Voyons, tu es toute drle depuis trois jours.
Et elle rpondit:
- Cela m'ennuie de n'avoir pas un bijou, pas une pierre, rien mettre sur moi. J'aurai l'air misre comme tout. J'aimerais presque mieux ne pas aller cette soire.
Il reprit:
- Tu mettras des fleurs naturelles. C'est trs chic en cette saison-ci. Pour dix francs tu auras deux ou trois roses magnifiques.
Elle n'tait point convaincue.
- Non... il n'y a rien de plus humiliant que d'avoir l'air pauvre au milieu de femmes riches.
Mais son mari s'cria:
- Que tu es bte ! Va trouver ton amie Mme Forestier et demande-lui de te prter des bijoux. Tu es bien assez lie avec elle pour faire cela.
Elle poussa un cri de joie.
- C'est vrai. Je n'y avais point pens.
Le lendemain, elle se rendit chez son amie et lui conta sa dtresse. Mme Forestier alla vers son armoire glace, prit un large coffret, l'apporta, l'ouvrit, et dit Mme Loisel:
- Choisis, ma chre.
Elle vit d'abord des bracelets, puis un collier de perles, puis une croix vnitienne, or et pierreries, d'un admirable travail. Elle essayait les parures devant la glace, hsitait, ne pouvait se dcider les quitter, les rendre. Elle demandait toujours:
- Tu n'as plus rien d'autre?
- Mais si. Cherche. Je ne sais pas ce qui peut te plaire.
Tout coup elle dcouvrit, dans une bote de satin noir, une superbe rivire de diamants; et son coeur se mit battre d'un dsir immodr. Ses mains tremblaient en la prenant. Elle l'attacha autour de sa gorge, sur sa robe montante, et demeura en extase devant elle-mme.
Puis, elle demanda, hsitante, pleine d'angoisse:
- Peux-tu me prter cela, rien que cela?
- Mais oui, certainement.
Elle sauta au cou de son amie, l'embrassa avec emportement, puis s'enfuit avec son trsor.
"

 



:


05:43   Profvb en Alexa Profvb en Twitter Profvb en FaceBook xhtml validator css validator


- Profvb - - - -



Powered by vBulletin® Copyright ©2000 - 2019, Jelsoft Enterprises Ltd