:






  : > > > textes choisis


textes choisis textes des auteurs ou textes de qualit rencontrs dans d'autres sites

 
  : ( 1 )  
2014-07-03, 21:41
 

       
: 12994
: Oct 2009
:
:  male
:
: 32,927 [+]
: ()
: 18732
:   has a reputation beyond repute   has a reputation beyond repute   has a reputation beyond repute   has a reputation beyond repute   has a reputation beyond repute   has a reputation beyond repute   has a reputation beyond repute   has a reputation beyond repute   has a reputation beyond repute   has a reputation beyond repute   has a reputation beyond repute
Textes choisis







L'INVITATION AU VOYAGE

Il est un pays superbe, un pays de Cocagne, dit-on, que je rve de visiter avec une vieille amie. Pays singulier, noy dans les brumes de notre Nord, et qu'on pourrait appeler l'Orient de l'Occident, la Chine de l'Europe, tant la chaude et capricieuse fantaisie s'y est donn carrire, tant elle l'a patiemment et opinitrement illustr de ses savantes et dlicates vgtations.
Un vrai pays de Cocagne, o tout est beau, riche, tranquille, honnte; o le luxe a plaisir se mirer dans l'ordre; o la vie est grasse et douce respirer; d'o le dsordre, la turbulence et l'imprvu sont exclus; o le bonheur est mari au silence; o la cuisine elle-mme est potique, grasse et excitante la fois; o tout vous ressemble, mon cher ange.
Tu connais cette maladie fivreuse qui s'empare de nous dans les froides misres, cette nostalgie du pays qu'on ignore, cette angoisse de la curiosit? Il est une contre qui te ressemble, o tout est beau, riche, tranquille et honnte, o la fantaisie a bti et dcor une Chine occidentale, o la vie est douce respirer, o le bonheur est mari au silence. C'est l qu'il faut aller vivre, c'est l qu'il faut aller mourir!
Oui, c'est l qu'il faut aller respirer, rver et allonger les heures par l'infini des sensations. Un musicien a crit l'Invitation la valse; quel est celui qui composera l'Invitation au voyage, qu'on puisse offrir la femme aime, la soeur d'lection?
Oui, c'est dans cette atmosphre qu'il ferait bon vivre, - l-bas, o les heures plus lentes contiennent plus de penses, o les horloges sonnent le bonheur avec une plus profonde et plus significative solennit.
Sur des panneaux luisants, ou sur des cuirs dors et d'une richesse sombre, vivent discrtement des peintures bates, calmes et profondes, comme les mes des artistes qui les crrent. Les soleils couchants, qui colorent si richement la salle manger ou le salon, sont tamiss par de belles toffes ou par ces hautes fentres ouvrages que le plomb divise en nombreux compartiments. Les meubles sont vastes, curieux, bizarres, arms de serrures et de secrets comme des mes raffines. Les miroirs, les mtaux, les toffes, l'orfvrerie et la faence y jouent pour les yeux une symphonie muette et mystrieuse; et de toutes choses, de tous les coins, des fissures des tiroirs et des plis des toffes s'chappe un parfum singulier, un revenez-y de Sumatra, qui est comme l'me de l'appartement.
Un vrai pays de Cocagne, te dis-je, o tout est riche, propre et luisant, comme une belle conscience, comme une magnifique batterie de cuisine, comme une splendide orfvrerie, comme une bijouterie bariole! Les trsors du monde y affluent, comme dans la maison d'un homme laborieux et qui a bien mrit du monde entier. Pays singulier, suprieur aux autres, comme l'Art l'est la Nature, o celle-ci est rforme par le rve, o elle est corrige, embellie, refondue.
Qu'ils cherchent, qu'ils cherchent encore, qu'ils reculent sans cesse les limites de leur bonheur, ces alchimistes de l'horticulture! Qu'ils proposent des prix de soixante et de cent mille florins pour qui rsoudra leurs ambitieux problmes! Moi, j'ai trouv ma tulipe noire et mon dahlia bleu!
Fleur incomparable, tulipe retrouve, allgorique dahlia, c'est l, n'est-ce pas, dans ce beau pays si calme et si rveur, qu'il faudrait aller vivre et fleurir? Ne serais-tu pas encadre dans ton analogie, et ne pourrais-tu pas te mirer, pour parier comme les mystiques, dans ta propre correspondance?
Des rves! toujours des rves! et plus l'me est ambitieuse et dlicate, plus les rves l'loignent du possible. Chaque homme porte en lui sa dose d'opium naturel, incessamment scrte et renouvele, et, de la naissance la mort, combien comptons-nous d'heures remplies par la jouissance positive, par l'action russie et dcide? Vivrons-nous jamais, passerons-nous jamais dans ce tableau qu'a peint mon esprit, ce tableau qui te ressemble?
Ces trsors, ces meubles, ce luxe, cet ordre, ces parfums, ces fleurs miraculeuses, c'est toi. C'est encore toi, ces grands fleuves et ces canaux tranquilles. Ces normes navires qu'ils charrient, tout chargs de richesses, et d'o montent les chants monotones de la manoeuvre, ce sont mes penses qui dorment ou qui roulent sur ton sein. Tu les conduis doucement vers la mer qui est l'infini, tout en rflchissant les profondeurs du ciel dans la limpidit de ta belle me; - et quand, fatigus par la houle et gorgs des produits de l'Orient, ils rentrent au port natal, ce sont encore mes penses enrichies qui reviennent de l'Infini vers toi.

Baudelaire; le spleen de Paris



01 1440/*/032019
10 1440/*/122019
01 1441/*/01 2019




; 2014-07-03 22:14
2014-07-03, 22:05   : ( 2 )


: 12994
: Oct 2009
:
:  male
:
: 32,927 [+]
: ()
: 18732
:   has a reputation beyond repute   has a reputation beyond repute   has a reputation beyond repute   has a reputation beyond repute   has a reputation beyond repute   has a reputation beyond repute   has a reputation beyond repute   has a reputation beyond repute   has a reputation beyond repute   has a reputation beyond repute   has a reputation beyond repute



: L'invitation au voyage


Le Spleen de Paris

Repris en 1864 sous le titre Petits pomes en prose

N'IMPORTE OÙ HORS DU MONDE


Cette vie est un hpital o chaque malade est possd du dsir de changer de lit. Celui-ci voudrait souffrir en face du pole, et celui-l croit qu'il gurirait ct de la fentre.
Il me semble que je serais toujours bien l o je ne suis pas, et cette question de dmnagement en est une que je discute sans cesse avec mon me.
"Dis-moi, mon me, pauvre me refroidie, que penserais-tu d'habiter Lisbonne? Il doit y faire chaud, et tu t'y ragaillardirais comme un lzard. Cette ville est au bord de l'eau; on dit qu'elle est btie en marbre, et que le peuple y a une telle haine du vgtal, qu'il arrache tous les arbres. Voil un paysage selon ton got; un paysage fait avec la lumire et le minral, et le liquide pour les rflchir!"
Mon me ne rpond pas.
"Puisque tu aimes tant le repos, avec le spectacle du mouvement, veux-tu venir habiter la Hollande, cette terre batifiante? Peut-tre te divertiras-tu dans cette contre dont tu as souvent admir l'image dans les muses. Que penserais-tu de Rotterdam, toi qui aimes les forts de mts, et les navires amarrs au pied des maisons?"
Mon me reste muette.
"Batavia te sourirait peut-tre davantage? Nous y trouverions d'ailleurs l'esprit de l'Europe mari la beaut tropicale."
Pas un mot. - Mon me serait-elle morte?
"En es-tu donc venue ce point d'engourdissement que tu ne te plaises que dans ton mal? S'il en est ainsi, fuyons vers les pays qui sont les analogies de la Mort.
- Je tiens notre affaire, pauvre me! Nous ferons nos malles pour Torno. Allons plus loin encore, l'extrme bout de la Baltique; encore plus loin de la vie, si c'est possible; installons-nous au ple. L le soleil ne frise qu'obliquement la terre, et les lentes alternatives de la lumire et de la nuit suppriment la varit et augmentent la monotonie, cette moiti du nant. L, nous pourrons prendre de longs bains de tnbres, cependant que, pour nous divertir, les aurores borales nous enverront de temps en temps leurs gerbes roses, comme des reflets d'un feu d'artifice de l'Enfer!"
Enfin, mon me fait explosion, et sagement elle me crie: "N'importe o! n'importe o! pourvu que ce soit hors de ce monde!"

__________________________________________________ _
Lorsque son voyage ne lui est pas impos, quest-ce donc qui appelle lhomme se mettre en route vers un ailleurs ?
Les traverses anciennes taient le plus souvent entreprises dans le dsir de sapproprier une richesse, dacqurir des honneurs, de matriser par la force ou par lesprit un territoire encore vierge Le voyage est alors une qute[1], et, si le voyageur marche avec les mains tendues droit devant lui, cest moins pour palper[2] les obstacles que pour saisir.
Au contraire, le voyageur moderne est un tre qui senfuit : pour lui voyager nest pas tant gagner un mieux que scarter dun pire. Voyager nest plus aller au-devant dune dtresse[3] possible, mais abandonner cette dtresse derrire soi. Il semble que le voyage contemporain[4] soit une forme (mal) dguise de lvasion. Les panneaux publicitaires qui invitent au dpart disent : ici tout est gris l-bas tout est blanc. Sil succombe la magie de ce slogan, le voyageur cherche-t-il pour autant prendre possession des pentes blanches du Corbier que lui promet laffiche ? Non, et le publicitaire qui lincite boucler ses valises le sait bien : ce qui attire le voyageur, cest dabord le fait de pouvoir laisser derrire lui, huit ou quinze jours durant, la grisaille de la grande ville. Aussi, bien souvent, appelons-nous voyage ce qui nest quune escapade .
Mais le fuyard ne contrle pas son vasion. Aujourdhui, pour chapper la cellule quotidienne, que lon supporte de plus en plus mal, il est inutile de ruser : il faut aller loin, et y aller vite.
Notre salut est au bout de lhorizon. Cest--dire au bout du monde.
Didier Decoin
Trois milliards de voyages.
[1]Une qute : un dsir profond de connatre dautres lieux inexplors.

[2]Palper : toucher

[3]Dtresse : malheur, infortune

[4]Contemporain : actuel, moderne


__________________________________________________
( Jean-Jacques Rousseau, qui a pass sa jeunesse en Suisse, dcouvre Paris lge de 19 ans. )
Combien labord de Paris dmentit lide que jen avais ! La dcoration extrieure que jai vue Turin, la beaut des rues, la symtrie et lalignement des maisons, me faisaient chercher Paris autre chose encore. Je mtais figur une ville aussi belle que grande, de laspect le plus imposant, o lon ne voyait que de superbes rues, des palais de marbre et dor. En entrant par le faubourg Saint-Marceau, je ne vis que de petites rues sales et puantes, de vilaines maisons noires, lair de la malpropret, de la pauvret, des mendiants, des charretiers, des crieuses de tisanes et de vieux chapeaux. Tout cela me frappa dabord tel point, que tout ce que jai vu depuis Paris de magnificence relle na pu dtruire cette premire impression, et quil men est rest toujours un secret dgot pour lhabitation de cette capitale. Je puis dire que tout le temps que jai vcu dans la suite ne fut employ qu y chercher des ressources pour me mettre en tat den vivre loign. Tel est le fruit dune imagination trop active, qui exagre par-dessus lexagration des hommes, et voit toujours plus que ce que lon lui dit. On mavait tant vant Paris, que je me ltais figur comme lancienne Babylone, dont je trouverais peut-tre autant rabattre, si je lavais vue, du portrait que je men suis fait. La mme chose marriva lOpra, o je me pressai daller le lendemain de mon arrive ; la mme chose marriva dans la suite Versailles ; dans la suite encore en voyant la mer ; et la mme chose marriva toujours en voyant des spectacles quon maura trop annoncs : car il est impossible aux hommes et difficile la nature elle-mme de passer en richesse mon imagination.
JEAN-JACQUES ROUSSEAU, Les Confessions
__________________________________________________ ___
La plaine, un jour, disait la montagne oisive :
Rien ne vient sur ton front, des vents toujours battu.
Au pote, courb sur sa lyre pensive,
La foule aussi disait : - Rveur, quoi sers - tu ?
La montagne en courroux rpondit la plaine :
C'est moi qui fais germer les moissons sur ton sol ;
Du midi dvorant, je tempre l'haleine,
J'arrte dans les cieux les nuages au vol.
Je ptris de mes doigts la neige en avalanches.
Dans mon creuset , je fonds les cristaux des glaciers,
Et je verse, du bout de m mamelles blanches,
En longs filets d'argent, les fleuves nourriciers.
Le pote son tour rpondit la foule :
Laissez mon ple front s'appuyer sur ma main.
N'ai-je pas de mon flanc, d'o mon me s'coule,
Fait jaillir une source o boit le genre humain ?
Thophile GAUTHIER
__________________________________________________ ________________________
__________________________________________________ _
L'aveugle.
J'ai connu un de ces hommes dont la vie fut un des plus cruels martyres qu'on puisse rver.
C'tait un paysan, le fils d'un fermier normand. Tant que le pre et la mre vcurent, on eut peu prs soin de lui ; il ne souffrit gure que de son horrible infirmit ; mais ds que les vieux furent partis, l'existence atroce commena. Recueilli par une sur, tout le monde dans la ferme le traitait comme un gueux1 qui mange le pain des autres. A chaque repas, on lui reprochait la nourriture ; on l'appelait fainant, manant2; et bien que son beau-frre se ft empar de sa part d'hritage, on lui donnait regret la soupe, juste assez pour qu'il ne mourt point.
Il n'avait connu aucune tendresse, sa mre, l'ayant toujours un peu rudoy3, ne l'aimant gure ; car aux champs les inutiles sont des nuisibles, et les paysans feraient volontiers comme les poules qui tuent les infirmes4 d'entre elles. ()
Pendant quelques annes les choses allrent ainsi. Mais son impuissance rien faire autant que son impassibilit finirent par exasprer ses parents, et il devint un souffre-douleur5, une sorte de bouffon-martyr, de proie donne la frocit native, la gaiet sauvage des brutes qui l'entouraient.
On imagina toutes les farces cruelles que sa ccit put inspirer. Et, pour se payer6 de ce qu'il mangeait, on fit de ses repas des heures de plaisir pour les voisins et de supplice pour l'impotent.
Les paysans des maisons prochaines s'en venaient ce divertissement ; on se le disait de porte en porte, et la cuisine de la ferme se trouvait pleine chaque jour. Tantt on posait sur la table, devant son assiette o il commenait puiser le bouillon, quelque chat ou quelque chien.
Alors c'taient des rires, des pousses, des trpignements des spectateurs tasss le long des murs. Tantt on lui faisait mcher des bouchons, du bois, des feuilles ou mme des ordures, qu'il ne pouvait distinguer.
Puis on se lassa mme des plaisanteries ; et le beau-frre enrageant de le toujours nourrir, le frappa, le gifla sans cesse, riant des efforts inutiles de l'autre pour parer les coups ou les rendre. Ce fut alors un jeu nouveau : le jeu des claques.
Enfin, on le contraignit mendier. On le portait sur les routes les jours de march, et ds qu'il entendait un bruit de pas ou le roulement d'une voiture, il tendait son chapeau en balbutiant : "La charit, s'il vous plat. "Mais le paysan n'est pas prodigue, et, pendant des semaines entires, il ne rapportait pas un sou. Ce fut alors contre lui une haine dchane, impitoyable. Et voici comment il mourut.
Un hiver, la terre tait couverte de neige, et il gelait horriblement. Or son beau-frre, un matin, le conduisit fort loin sur une grande route pour lui faire demander l'aumne. Il l'y laissa tout le jour, et quand la nuit fut venue, il affirma devant ses gens qu'il ne l'avait plus retrouv. Puis il ajouta : "Bast ! faut pas s'en occuper, quelqu'un l'aura emmen parce qu'il avait froid. Pardi ! i n'est pas perdu. I reviendra ben d'main manger la soupe."
Le lendemain, il ne revint pas.
Maupassant
1 Gueux: clochard, vagabond
2 manant: campagnard, paysan
3 rudoy: brutalis, maltrait
4 infirme: handicap, invalide
5 souffre-douleur: personne ou animal qui se trouvent en permanence la cible des plaisanteries et des mauvais traitements (de la part des autres)
6 se payer de: se moquer, tourner en ridicule
__________________________________________________ ________________
Un enfant noir, la peau noire, aux yeux noirs, aux cheveux noirs crpus ou friss, est un enfant. Un enfant blanc, la peau rose, aux yeux bleus ou verts, aux cheveux blonds et raides, est un enfant.
L'un et l'autre, le noir et le blanc, ont le mme sourire quand une main leur caresse le visage, quand on les regarde avec amour et leur parle avec tendresse. Ils verseront les mmes larmes si on les contraire[1], si on leur fait mal. Les deux enfants ont des couleurs de peau diffrentes, mais le mme sang coule dans leurs racines.
Lorsque le Professeur Bernard[2] eut besoin d'un cur transplanter, ce fut un homme noir qui offrit le sien pour sauver la vie d'un blanc. Seules les apparences physiques diffrent. Dans chaque cage thoracique, un cur bat; il est irrigu par le sang; le sang peut tre diffrent, peut tre d'un autre groupe, et pourtant il a la mme couleur.
Un enfant ne nait pas raciste.
L'enfant est disponible aussi bien au rejet qu' l'amour et l'amiti. L'enfant est capable de violence et de mchancet. Il suffit pour cela qu'on inculque[3] des non-vrits comme l'exemple: le noir est infrieur au blanc, etc.
Lutter contre le racisme, c'est commencer par dmolir les prjugs, les jugements subjectifs sans fondement. Comment? En montrant qu'ils ne tiennent pas, qu'ils sont stupides, irrationnels et dangereux. Ils peuvent se retourner contre celui qui les utilise. Tout se joue l'cole et aussi au foyer familial.
La nature ne peut crer des tres identiques. Elle cre des diffrences; la socit transforme ces diffrences en ingalits qu'elle essaie de justifier par des lois et des rgles qui ont d'apparence de la science. Juste l'apparence. Rien d'autre.
Tahar Ben Jalloun
(texte indit rdig pour mots et merveilles).
[1] Contraire: fche

[2] Le professeur Bernard: c'est le premier chirurgien qui ralisa la 1re greffe du cur.

[3] Inculque: apprend, duque


_________________________________________
Lindsirable
Il vivait comme des btes de bois, au milieu des hommes, sans connatre personne, sans aimer personne, nexcitant chez les paysans quune sorte de mpris indiffrent et dhostilit[1] rsigne.
On lavait surnomm Cloche parce quil se balanait, entre ses deux piquets de bois ainsi quune cloche entre ses portants.
Depuis deux jours, il navait point mang. Personne ne lui donnait plus rien. On ne voulait plus de lui la fin. Las paysannes, sur leurs portes, lui criaient de loin en le voyant venir : Veux-tu bien ten aller manant[2] ! Vla pas trois jours que jtai donn un morceau de pain ! . Et il pivotait sur ses tufeuses et sen allait la maison voisine, o on le recevait de la mme faon.
Les femmes dclaraient dune part lautre : On npeut pourtant pas nourrir ce fainant toute lanne ! . Cependant, le fainant avait besoin de manger tous les jours.
Il avait parcouru Saint-Hilaire, Varville et les Billettes[3], sans rcolter un centime ou une vieille crote. Il ne lui restait despoir qu Tournolles ; mais il lui fallait faire deux lieues sur la grande route, et il se sentait las ne plus se traner, ayant le ventre aussi vide que sa poche.
Il se mit en route pourtant.
Ctait en dcembre, un vent froid courait sur les champs, sifflait dans les branches nues ; et les nuages galopaient travers le ciel bas et sombre, se htant on ne sait o. Lestropi[4] allait lentement, dplaant ses supports lun aprs lautre dun effort pnible, en se calant sur la jambe tordue qui lui restait, termine par un pied bot[5] et chauss dune loque[6].
Guy de Maupassant
Le gueux.
[1] Hostilit : agressivit, antipathie

[2]Manant : campagnard, paysan,

[3] Saint-Hilaire : des villages voisins

[4] Lestropi : le mutil, lamput (ici dune jambe), le handicap

[5] Pied bot : pied difform

[6] Une loque : vieux tissu en lambeaux
__________________________________________________ _
La bonne mre de famille
Elle est comme le bon pain de froment qui semble insipide et dont on ne peut se priver. Elle est comme lair pur qui nous fait vivre et que nous ne voyons pas. Son cur et sa vie sont aux autres : elle sest donne tout entire, on la sait soi ; on use de son me, on y fouille comme en un trsor commun.
Sa bont est au milieu de la famille un refuge toujours ouvert qui calme et gurit, non pas quelle se pique dloquence et de philosophie, qu'elle endorme le chagrin par des phrases ou persuade par des raisonnements : elle partage les peines et les joies de ceux quelle aime, rien de plus, et cela si simplement, avec tant de naturel et dun cur si sincre, que lon ne songe mme pas quil en pourrait tre autrement.
Elle na pas conscience, dailleurs, dtre le cur du foyer et lme de la famille : elle ne fait aucun effort pour cela ; cest par besoin quelle se dvoue, par instinct quelle sefface : elle va au bien comme les braves au canon. Elle a la pudeur de ses vertus comme dautres ont la honte de leurs dfauts, et agit avec des raffinements de diplomate pour dissimuler ses bonnes actions, pensant que la reconnaissance dont on paie un bienfait enlve ce bienfait le plus pur de son mrite et le dflore en le signalant.
Cest lorsquelle nest plus
que lon comprend tout ce quelle valait. Il semble alors que le feu du foyer soit teint et, chaque heure du jour, on la cherche, on lattend.
G. Droz.
Monsieur, madame et bb
Ollendorff, dit.
____________________________________________
Une femme mancipe
Aprs avoir termin ses tudes, Leila est revenue au village. Son oncle,
Cheikh Ali, qui est heureux de la revoir, lui dit:
"Le voile et le hak remplaceront les costumes que tu portais Alger et il faudra t'habituer vivre comme tes parentes. Il va falloir oublier toutes tes habitudes, pour reprendre les ntres, celles de tes anctres. Tu seras initie aux soins du mnage, et mon affection et les cadeaux dont je te comblerai seront en rapport avec la discipline et la tendresse que tu auras notre gard. Dans quelques mois, lorsque nous jugerons qu'il te sera possible d'tre une bonne pouse, nous clbrerons par des ftes dont on parlera longtemps, tes noces avec notre fils bien-aim Hamza. Va maintenant ma fille."
Aussi la stupfaction de Cheikh Ali est-elle grande lorsqu'il entend sa nice lui dire lentement, en dtachant toutes les syllabes et en s'exprimant dans un pur langage arabe:
"Puisque, par la grce de Dieu, me voici de retour, puisque par les bienfaits de la providence, il m'a t possible de rpondre au dsir exprim par mon pre: celui de me voir acqurir une solide instruction, si tu consent, mon oncle, je t'apporterai mon concours pour la gestion de nos biens."
Cheikh Ali a un mouvement violent. Leila ne parait pas autrement surprise, elle continue avec un sang froid:
"Je sais, dit-elle, tout ce qui incombe aux femmes, je connais la situation de la femme arabe, avant et aprs l'Islam. Je sais que l'galit des hommes et des femmes a t proclame par le prophte Mohamed. Rien ne s'oppose, dans le lgislatif musulman, ce que la femme gre elle-mme ses propres intrts. Bien au contraire, par des textes qui lui accorde une libert totale, la femme a le libre contrle de son patrimoine. C'est ce contrle que je revendique. Certes, je ne puis tre manciper que par le mariage et, jusqu' ce temps-l, je suis de par la loi coranique soumise la volont de mon tuteur, condition que je veuille bien reconnatre le caractre impartial de ce tuteur que le hasard ou la loi me donne. J'aimerai, prcisa la jeune fille avec plus de force, qu'il ne soit plus question de mariage avec mon cousin Hamza. J'ai le dsir de choisir moi-mme l'poux avec qui je ferai ma vie et je ne faillirai pas la promesse faite mon pre Cheikh Ibrahim : celle d'tre une femme digne et courageuse aussi bien l'intrieur de notre maison que dans mes rapports avec l'extrieur"
*Platane = un arbre larges feuilles
Alphonse Daudet

LE Petit Chose
________________________________________
Epouse-le !
Anissa, une jeune fille dorigine algrienne, vit en France avec son pre Arezki et son frre Momo
depuis une vingtaine dannes,
Un soir, son frre Momo a ramen avec lui, la maison, un jeune homme. Il le prsenta comme tant un ami de fac. Il est algrien. Anissa leva les yeux. Devant elle se tenait, Mustapha, intimid. Il tait grand, assez baraqu, la peau mte, hale par le soleil chaud du beau pays d'o il venait Mustapha lui tendit la main en lui disant: bonjour, trs heureux de faire votre connaissance.
-bonjour, rpondit-elle simplement.
-a fait combien de temps que tu es en France ? demanda Arezki, le pre
-Cela fait presque deux ans et je n'ai pas encore mes papiers.
- Dieu y pourvoira, si c'est ton destin.
De temps en temps, Mustapha venait leur rendre visite.
Un jour, Momo dit sa sur:
- Mustapha a absolument besoin de faire ses papiers. Si jamais il est pris, il risque d'tre expuls et a serait une catastrophe pour lui.
- je ne vois vraiment pas ce que je peux faire pour lui?
- pouse le, dit soudainement Momo.
- a va pas non!
-si seulement pour les papiers, un mariage blanc[1] quoi!
-arrte de plaisanter, Momo, a ne m'amuse vraiment pas.
- je suis srieux, dit Momo. Anissa se leva et sortit de la pice.
Une violente tramontane[2] envahissait son cur. Comment son frre pouvait-il lui proposer une chose pareille : pouser un homme qui lui tait totalement inconnu, pour lequel elle nprouvait absolument rien si ce nest de la piti peut-tre.
Chaque jour, Momo et son pre revenaient la charge[3]. Ses rsistances ont lch.
Pourtant quelque chose dinsoumis voulait surgir de sa longue lthargie[4] et dire non .Mais son ducation, le respect quelle avait pour son pre et la tendresse quelle prouvait pour son frre len empchrent. Six mois plus tard, le mariage est clbr.
Mirabelle
Et quand le voile se lve

1Un mariage blanc, aussi appel mariage de complaisance ou de convenance est un mariage contract dans d'autres buts que la vie commune (ici pour obtenir une carte de sjour franaise)

[2] Tramentane : vent froid et sec

[3] Revenir la charge : revenir ce quon se disait.

[4] Lthargie : sommeil, silence


________________________________________
Les seules usines de Mulhouse* comptaient en 1835 plus de 5000 ouvriers logs dans les villages environnants. Il faut les voir arriver chaque matin en ville et en partir chaque soir. Il y a parmi eux une foule de femmes ples, maigres, marchant pieds nus au milieu de la boue, et qui faute de parapluie, portent renverss sur la tte, lorsqu'il pleut, leur tablier, et un nombre plus considrable de jeunes enfants non moins sales, non moins ples, couverts de haillons*. A la fatigue d'une journe dmesurment longue*, puisqu'elle est au moins de quinze heures, vient se joindre pour ces malheureux celle de ces allers et retours si frquents, si pnibles*. Ainsi, le soir, ils arrivent chez eux accabls par le besoin de dormir, et que le lendemain, ils en sortent avant d'tre compltement reposs. En gnral, un homme seul gagne assez pour faire des pargnes, mais c'est peine si une femme est suffisamment rtribue* pour subsister. Quant aux ouvriers en mnage, beaucoup d'entre eux sont dans l'impossibilit de faire des conomies, mme en recevant de bonnes journes; il faut admettre au surplus que la famille ne subsiste qu'avec ses gains qu'autant que le mari et la femme se portent bien, sont employs toute l'anne, n'ont pas de vice ni de charge autre que deux enfants.
L.R.VILLERME, Tableau de l'tat physique et moral des ouvriers dans les fabriques de coton, de laine et de soie, 1840.
________________________________________
Le coup de foudre
Je tentais de reconnatre mon pardessus parmi ceux qui encombraient l'entre, quand j'entendis pour la premire fois sa voix: "vous partez dj,"
La phrase tait banale et pourtant un frisson trange me parcourut le dos, comme si cette voix et t pourvue d'organes tactiles[1] que j'aurais senti courir sur ma colonne vertbrale. Je me tournai et fus frapp par sa beaut.
Elle me parut alors trs grande, puis je vis que cette impression tenait surtout la longueur de ses jambes, moules dans un pantalon de velours noir. Ses paules taient larges mais sa silhouette n'avait rien de masculin, bien au contraire. Je remarquai galement que ses longues mains brunes aux angles lgrement recourbs ne portaient aucune bague.
On s'tonnera certainement que mon temprament misogyne[2] m'ait laiss tant de facults d'observation et je ne tenterai pas de l'expliquer, sauf en disant que j'tais certainement dj trs amoureux sans le savoir et que, d'instinct, je m'tais assur que l'objet de ma flamme[3] ne portait pas d'alliance. Ce dont je me croyais le plus l'abri m'advenait[4] brusquement avec la brutalit qui le caractrise : j'tais victime du coup de foudre et je ne me dfendais pas.
Je regardais avidement le visage extraordinaire de l'inconnue, sa peau brune et mate, sa bouche sinueuse et surtout ses yeux noirs, brillants, au regard tellement scrutateur[5] que j'aurais d en tre gn, mais j'y voyais une preuve d'intrt flatteur et mon cur battait follement.
J'tais l, stupidement fig, comme hypnotis[6] et j'aurais soudain voulu savoir, tout ensemble, rciter des vers, jouer de la guitare ou, au moins, prendre un air intelligent; je sentais bien hlas que c'tait exactement l'inverse et je me dsesprais dj l'ide d'tre conduit[7] sans avoir os parler. Pourtant elle me sourit d'un sourire trange, mince et malicieux, et me dit doucement: " Venez danser"
Jehanne Jean-Charles
Les plumes du corbeau.

[1] Tactiles : Du verbe toucher

[2] Misogyne : qui dteste les femmes

[3] Ma flamme : mon amour

[4] M'advenait : m'arrivait

[5] Scrutateur : qui examine attentivement

[6] Hypnotis : endormi

[7] Econduit : rejet, repouss





01 1440/*/032019
10 1440/*/122019
01 1441/*/01 2019



 
2014-07-03, 22:12   : ( 3 )


: 12994
: Oct 2009
:
:  male
:
: 32,927 [+]
: ()
: 18732
:   has a reputation beyond repute   has a reputation beyond repute   has a reputation beyond repute   has a reputation beyond repute   has a reputation beyond repute   has a reputation beyond repute   has a reputation beyond repute   has a reputation beyond repute   has a reputation beyond repute   has a reputation beyond repute   has a reputation beyond repute



: L'invitation au voyage



________________________________________
Du premier regard


Frdric Moreau, le personnage principal, fait un voyage en bateau lorsqu'il voit, pour la premire fois celle qui se ra l'amour de sa vie


---------
Ce fut comme une apparition[1] :
Elle tait assise, au milieu du banc, toute seule ; ou du moins il ne distingua personne, dans l'blouissement que lui envoyrent ses yeux. En mme temps qu'il passait, elle leva la tte; il flchit involontairement les paules ; et, quand il se fut mis plus loin, du mme ct, il la regarda.
Elle avait un large chapeau de paille, avec des rubans roses qui palpitaient au vent derrire elle. Ses bandeaux noirs, contournant la pointe de ses grands sourcils, descendaient trs bas et semblaient presser amoureusement l'ovale de sa figure. Sa robe de mousseline claire, tachete de petits pois, se rpandait plis nombreux. Elle tait en train de broder quelque chose ; et son nez droit, son menton, toute sa personne se dcoupait sur le fond de l'air bleu.
Comme elle gardait la mme attitude, il fit plusieurs tours de droite et de gauche pour dissimuler sa manoeuvre[2] ; puis il se planta tout prs de son ombrelle, pose contre le banc, et il affectait[3] d'observer une chaloupe[4] sur la rivire.
Jamais il n'avait vu cette splendeur de sa peau brune, la sduction de sa taille, ni cette finesse des doigts que la lumire traversait. Il considrait son panier ouvrage avec bahissement, comme une chose extraordinaire. Quels taient son nom, sa demeure, sa vie, son pass ? Il souhaitait connatre les meubles de sa chambre, toutes les robes qu'elle avait portes, les gens qu'elle frquentait ; et le dsir de la possession physique mme disparaissait sous une envie plus profonde, dans une curiosit douloureuse qui n'avait pas de limites.
Une ngresse, coiffe d'un foulard, se prsenta, en tenant par la main une petite fille, dj grande. L'enfant, dont les yeux roulaient des larmes, venait de s'veiller. Elle la prit sur ses genoux. " Mademoiselle n'tait pas sage, quoiqu'elle et sept ans bientt ; sa mre ne l'aimerait plus ; on lui pardonnait trop ses caprices. " Et Frdric se rjouissait d'entendre ces choses, comme s'il et fait une dcouverte, une acquisition[5].
Il la supposait d'origine andalouse, crole peut-tre ; elle avait ramen des les cette ngresse avec elle ? Cependant, un long chle bandes violettes tait plac derrire son dos, sur le bordage de cuivre. ()Mais, entran par les franges, il glissait peu peu, il allait tomber dans l'eau ; Frdric fit un bond et le rattrapa. Elle lui dit :
" Je vous remercie, monsieur. "
Leurs yeux se rencontrrent.
Gustave Flaubert
L'Education sentimentale

[1] Apparition: manifestation d'un tre invisible qui se montre tout coup

[2] Dissimuler sa manuvre: s'efforcer de ne pas se faire remarquer.

[3] Il affectait: il fait semblant

[4] Une chaloupe: une espce de petite barque

[5] Une acquisition: une conqute, une victoire.


_________________________________________
Sensations tranges
Je tentais de reconnatre mon pardessus parmi ceux qui encombraient l'entre, quand j'entendis pour la premire fois sa voix: "vous partez dj,"
La phrase tait banale et pourtant un frisson trange me parcourut le dos, comme si cette voix et t pourvue d'organes tactiles[1] que j'aurais senti courir sur ma colonne vertbrale. Je me tournai et fus frapp par sa beaut.
Elle me parut alors trs grande, puis je vis que cette impression tenait surtout la longueur de ses jambes, moules dans un pantalon de velours noir. Ses paules taient larges mais sa silhouette n'avait rien de masculin, bien au contraire. Je remarquai galement que ses longues mains brunes aux angles lgrement recourbs ne portaient aucune bague.
On s'tonnera certainement que mon temprament misogyne[2] m'ait laiss tant de facults d'observation et je ne tenterai pas de l'expliquer, sauf en disant que j'tais certainement dj trs amoureux sans le savoir et que, d'instinct, je m'tais assur que l'objet de ma flamme[3] ne portait pas d'alliance. Ce dont je me croyais le plus l'abri m'advenait[4] brusquement avec la brutalit qui le caractrise : j'tais victime du coup de foudre et je ne me dfendais pas.
Je regardais avidement le visage extraordinaire de l'inconnue, sa peau brune et mate, sa bouche sinueuse et surtout ses yeux noirs, brillants, au regard tellement scrutateur[5] que j'aurais d en tre gn, mais j'y voyais une preuve d'intrt flatteur et mon cur battait follement.
J'tais l, stupidement fig, comme hypnotis[6] et j'aurais soudain voulu savoir, tout ensemble, rciter des vers, jouer de la guitare ou, au moins, prendre un air intelligent; je sentais bien hlas que c'tait exactement l'inverse et je me dsesprais dj l'ide d'tre conduit[7] sans avoir os parler. Pourtant elle me sourit d'un sourire trange, mince et malicieux, et me dit doucement: " Venez danser"
Jehanne Jean-Charles
Les plumes du corbeau.

[1] Tactiles : Du verbe toucher

[2] Misogyne : qui dteste les femmes

[3] Ma flamme : mon amour

[4] M'advenait : m'arrivait

[5] Scrutateur : qui examine attentivement

[6] Hypnotis : endormi

[7] Econduit : rejet, repouss


_________________________________________
Une rencontre tonnante
C'est dans le port d'Odessa que je fis sa rencontre. Trois jours durant il attira mon attention par sa silhouette trapue et forte []. Pendant des heures entires, je le voyais, sur les quais de granit, arrt, suant la poigne de sa canne et contemplant mlancoliquement l'eau souille du port. []
Enfin, au bout de quatre jours, l'heure du repas, je tombai sur lui, rsolu savoir qui il tait. Je m'installai tout prt de lui, avec une pastque et du pain, et je commenai mon repas tout en regardant mon bonhomme, cherchant le moyen le plus dlicat de lier conversation avec lui Ce n'tait pas chose facile pour le vagabond que j'tais, tout souill de poussire de charbon, de commencer un entretien avec ce gommeux*.
Mais ma profonde surprise, je constatai qu'il tenait les yeux obstinment fixs sur moi et que celui que j'tudiais tait affam: j'inspectai rapidement du regard tous les environs et lui demandai doucement:
-Voulez-vous manger?
Il eut un tressaillement, il grimaa, puis son tour promena un regard mfiant autour de lui. Personne ne nous prtait la moindre attention. Aussitt que je lui refilai la moiti de ma pastque et une tranche de pain, il s'empara de tout et disparut brusquement Il dvora avec l'air inquiet d'un fauve qui redoute qu'on lui enlve son morceau.
Puis il me tapa sur l'paule, me prit la main, et la serrant fortement, la secoua douloureusement, il ne fallut pas cinq minutes pour qu'il comment dj me raconter son histoire.
Plus tard, je pensai:" Il est mon compagnon, le compagnon de toute mon existence, jusqu' ma mort".
Maxime Gorki, "Les vagabonds"
*gommeux: personne habille d'une faon trop lgante et ridicule
_________________________________________
Pourquoi ai-je choisi d'crire ?
Pourquoi ai-je choisi d'crire? Enfant, je n'avais gure pris au srieux mes gribouillages; mon vritable souci avait t de connatre; je me plaisais rdiger mes compositions franaises, mais ces demoiselles me reprochaient mon style guind[1], je ne me sentais pas "dou". Cependant, quand quinze ans, j'crivis sur l'album d'une amie les prdilections, les projets qui taient censs dfinir ma personnalit, la question: "que voulez-vous faire plus tard ?", je rpondis d'un trait: "Être un auteur clbre". Touchant mon musicien favori, ma fleur prfre, je m'tais invent des gots plus ou moins factives. Mais sur ce point, je n'hsitai pas: je convoitais[2] cet avenir, l'exclusion de tout autre.
La premire raison, c'est l'admiration que m'inspiraient les crivains; mon pre les mettait bien au-dessus des savants, des professeurs. J'tais convaincue moi aussi de leur suprmatie; mme si son nom tait largement connu, l'uvre d'un spcialiste ne s'ouvrait qu' un petit nombre. Les livres, tout le monde les lisait: ils touchaiebt l'imagination, le cur; ils valaient leur auteur la gloire la plus universelle et la plus intime. En tant que femme, ces sommets me semblaient en outre plus accessibles que les pnplaines; les plus clbres de mes surs s'taient illustres dans la littrature.
Et puis j'avais toujours eu le got de la communication ... J'tais loquace[3]. Tout ce qui me frappait au cours d'une journe, je le racontais, ou du moins j'essayais. Je redoutais la nuit l'oubli; ce que j'avais vu, senti, c'tait un dchirement de l'abandonner au silence. Emue par un clair de lune, je souhaitais une plume, du papier et savoir m'en servir. J'aimais, quinze ans, les journaux intimes qui s'fforcent de retenir le temps. J'avais compris aussi que les romans, les nouvelles, les contes ne sont pas des objets trangers la vie mais qu'ils l'expriment leur manire.
Simone de Beauvoir

Mmoires d'une jeune fille range

[1] Guind: recherch (un peu lourd)

[2] Convoitais: dsirais

[3] Loquace: qui parle beaucoup.


________________________________________
Un artisan du bois
Je crois que je fus vraiment mu le jour o mon pre me conduisit pour la primire fois dans l'atelier qui, en vrit, envahissait tout son appartement. Il y avait l plusieurs tablis, des presses, des serre-joints, des placards bourrs d'outils et des rayons o s'alignaient des sries de rabots de toutes longueurs et de tous profils. Et tout cela portait des noms tonnants: trusquin, petit-guillaume, scie chantourner, araser.
Partout c'tait l'ordre parfait, la propret qui sentait bon la cire et le vernis. Car, ds qu'il avait rabot une pice, Vincendon prenait sa pelle et sa balayette et s'empressait de ramasser les copeaux.
J'aurais pu demeurer des semaines entires le regarder travailler, non seulement parce qu'il faisait des choses admirables, -j'tais alors incapable d'apprcier son travail- mais surtout cause de ses mains. Ses mains semblaient malhabiles au point que ds qu'il empoignait un outil, j'avais envie de me prcipiter pour le ramasser. Et pourtant, l'outil ne tombait jamais. Et non seulement les mains de Vincendon le tenaient ferme, mais encore, elles semblaient se jouer de lui. Enormes et sches, coutures[1] et dformes, elles faonnaient des pices minuscules, aux formes compliques comme plaisir. Car Vincendon tait luthier. Mais il ne se bornait pas fabriquer et rparer des violons et des guitares, il faisait toute sorte de choses.
Il avait un penchant trs marqu pour les coffrets bijoux. Des coffrets aux incrustations de nacre ou de bois de rose, des coffrets dont les fermoirs secrets en bois naturellement- taient de petites merveilles d'horlogerie de son invention.
Ah ! le visage de Vincendon lorsqu'il nous montrait son travail ! ce bonheur ! cette joie incomparable que l'on voyait ptiller dans son regard.
Bernard Clavel

La grande patience

[1] Coutures: couvertes de cicatrices


________________________________________
textes explicatifs
___________________________________________
L'automobile est un excellent moyen et agrable engin de transport rapide, mais un dtestable moyen de dcouverte. Jamais on n'a tant voyag, et jamais aussi les gens n'ont moins profit de leurs voyages. Ces malheureux qui avalent ple-mle des kilomtres traversent la moiti de la France, six rgions, trente villes, quatre cents villages, vingt sicles d'histoire sans en retirer d'autres que des pannes et des pneus crevs.
C'est presque une banalit de rpter que la seule manire adquate de visiter certaines rgions, c'est de les parcourir pied. D'abord parce que la marche aiguise l'apptit et l'intellect et qu'elle place naturellement le voyageur dans un tat de rceptivit qui multiplie l'intrt de tout ce qu'il rencontre. Ensuite, parce que ce moyen est lent, exige un effort personnel, permet d'entrer en contact avec les choses et les gens d'une manire progressive.
A pied, un arbre est un arbre, avec sa peau rugueuse. En voiture, c'est une ombre parmi des centaines d'ombres toutes pareilles. A pied, tout prend un sens, tout chante son petit couplet. Le monde se subdivise l'infini, rvle chaque seconde des visages dont on ne souponnait mme pas l'existence, veille l'intrt par cent dtails inattendus. Mais la vitesse unifie tout !
SAMIVEL, L'amateur des abmes
__________________________________________________ __________________
Jamais invention ne rencontra un intrt plus gnral et plus ardent. Le cinma est encore dans son enfance, mais le monde entier lui a fait confiance. Le cinma a, ds son dbut, enflamm les imaginations, rassembl des capitaux normes, gagn la collaboration des savants et des foules, fait natre, employ, us des talents innombrables, varis. Il consomme une grande quantit d'efforts, de courage et d'invention. Tout cela pour un rsultat minime. Je donne tous les films du monde pour une pice de thtre, pour un tableau de peinture, pour un symphonie !
Toutes les uvres qui ont tenu quelque place dans ma vie, toutes les uvres d'art dont la connaissance a fait de moi un homme, reprsentaient d'abord une conqute. J'ai d les aborder de haute lutte aprs une fervente passion. Par contre, l'uvre cinmatographique ne soumet notre esprit et notre cur nulle preuve. Elle nous dit tout de suite ce qu'elle sait. Par nature, elle est mouvement, mais elle nous laisse immobiles, comme paralytiques. Beethoven, Molire, Vinci, j'en appelle trois, il y en a cent, voil vraiment l'art ! Le cinma m'a parfois diverti, parfois mme mu, jamais il ne m'a demand de me surpasser. Le cinma n'est pas un art !


Georges DUHAMEL, Le cinma
__________________________________________________ ________________

L'automobile est un excellent moyen et agrable engin de transport rapide, mais un dtestable moyen de dcouverte. Jamais on n'a tant voyag, et jamais aussi les gens n'ont moins profit de leurs voyages. Ces malheureux qui avalent ple-mle des kilomtres traversent la moiti de la France, six rgions, trente villes, quatre cents villages, vingt sicles d'histoire sans en retirer d'autres que des pannes et des pneus crevs.
C'est presque une banalit de rpter que la seule manire adquate de visiter certaines rgions, c'est de les parcourir pied. D'abord parce que la marche aiguise l'apptit et l'intellect et qu'elle place naturellement le voyageur dans un tat de rceptivit qui multiplie l'intrt de tout ce qu'il rencontre. Ensuite, parce que ce moyen est lent, exige un effort personnel, permet d'entrer en contact avec les choses et les gens d'une manire progressive.
A pied, un arbre est un arbre, avec sa peau rugueuse. En voiture, c'est une ombre parmi des centaines d'ombres toutes pareilles. A pied, tout prend un sens, tout chante son petit couplet. Le monde se subdivise l'infini, rvle chaque seconde des visages dont on ne souponnait mme pas l'existence, veille l'intrt par cent dtails inattendus. Mais la vitesse unifie tout !
SAMIVEL, L'amateur des abmes

01 1440/*/032019
10 1440/*/122019
01 1441/*/01 2019



 



:


05:46   Profvb en Alexa Profvb en Twitter Profvb en FaceBook xhtml validator css validator


- Profvb - - - -



Powered by vBulletin® Copyright ©2000 - 2019, Jelsoft Enterprises Ltd