:






  : > >


Forums de langue et littrature en franais

 1
  • 1 Post By

 
  : ( 1 )  
2013-01-25, 17:20
 

       
: 18006
: May 2010
:
:  female
: Agadir
: 24,580 [+]
: ()
: 10986
:   has a reputation beyond repute   has a reputation beyond repute   has a reputation beyond repute   has a reputation beyond repute   has a reputation beyond repute   has a reputation beyond repute   has a reputation beyond repute   has a reputation beyond repute   has a reputation beyond repute   has a reputation beyond repute   has a reputation beyond repute
c3 Les oublis de la littrature : Ren Maran










Les oublis : Ren Maran

Remporter le prix Goncourt en 1921 n'a pas empch Ren Maran de sombrer dans l'oubli. Son roman Batouala, critique virulente du colonialisme, est pourtant considr comme l'un des premiers textes de la "ngritude".
Comment expliquer que l'oeuvre" Batouala" de Ren Maran, prcieux tmoignage de l'mergence d'une culture franaise noire l'aube du XXe sicle et prix Goncourt 1921, n'voque presque plus rien personne? Tentons de dpoussirer ce "vritable roman ngre" (ainsi sous-titr), couronn par le plus prestigieux des prix littraires franais il y a 91 ans


Le premier roman "ngre" crit par un "ngre"

N Fort-de-France le 5 novembre 1887, Ren Maran quitte sa Martinique natale ds l'ge de 6 ans pour tudier en mtropole. Il publie en 1909 un premier recueil de pomes, La Maison du bonheur. Son sjour en Afrique centrale, en 1912, est une rvlation: alors qu'il travaille comme administrateur d'outre-mer en Oubangui-Chari (actuelle Rpublique centrafricaine), il dcouvre les conditions de vie indcentes des populations colonises. Il entame cette priode l'criture de Batouala, qui est publi en 1921 chez Albin Michel grce au soutien de ses amis, le traducteur Manoel Gahisto et le pote Henri de Rgnier. Batouala remporte le prix Goncourt. Mais le scandale ne tarde pas clater: dans sa prface, l'auteur dnonce les rapports conflictuels entre blancs et noirs et accuse la civilisation europenne de "btir son royaume sur des cadavres". L'administration coloniale l'oblige dmissionner et interdit la diffusion de son livre en Afrique.


Batouala, un hros en crise existentielle

Au bord du fleuve Nioubangui vit le grand chef Batouala, l'un des plus puissants fticheurs du pays des bandas, dont le monde traditionnel commence s'effondrer. Tandis qu'il s'veille aux cts de sa femme, la fire Yassigui'ndja, mille proccupations l'assaillent: il doit organiser la fte initiatique des "Ga'nzas" puis se prparer pour les grandes journes de chasse. Il redoute la concurrence du jeune et vigoureux Bissibi'ngui, "coq prfr des femmes", qui a jet son dvolu sur Yassigui'nda. Il s'inquite galement de voir des soldats noirs enrls dans l'arme franaise pour participer un conflit absurde entre "blancs frandjs" et "blancs zalmans". Dans quelle galre sont-ils embarqus? Faut-il souhaiter la victoire des "zalmans" contre les colons "frandjs"?
Les blancs, dcrits comme des figures bouffonnes et autoritaires, ont pour les noirs un mpris absolu et froce. Batouala ne se lasse pas de dnoncer "la mchancet des 'boundjous', leur cruaut, leur rapacit". Malgr les reproches qu'il adresse ainsi indirectement aux colons, Ren Maran ne sombre pas dans le manichisme et dcrit sans complaisance les vices des tribus africaines - jalousie, paresse, lchet. Grandeur et bassesses vont de pair, car "l'homme, quelle que soit sa couleur, est toujours homme".


Un tmoignage ethnologique


Aprs l'Histoire de Louis Aniaba (1740), racontant la vie de ce prince ivoirien adopt par la cour de Louis XIV, rares ont t les romans franais prendre des Africains comme personnages principaux. Batouala nous fait dcouvrir les traditions, mythes et croyances des tribus bandas, en utilisant de nombreuses expressions africaines. Il dcrit avec une prcision ethnologique l'organisation des villages et le quotidien de leurs habitants, des spcialistes de la chasse au filet confronts Mourou la panthre et M'bala l'lphant, et menacs en permanence par la disette. Les contes et lgendes inspirs par la toute-puissante nature, les chants des femmes en deuil, l'allgresse et la frnsie de la chasse sont dpeints avec une grande richesse de vocabulaire: "frisselis" de feuilles d'arbre, oiseaux "foliot-tocols", clatement des "siliques" des tamariniers, "saltations" lors des "Ga'nzas". L'art narratif de Ren Maran restitue tout un monde, jusqu' nous en faire sentir proches.

Non la ngritude

Considr par Aim Csaire et Lopold Senghor comme un acteur du combat anticolonial et un prcurseur de la ngritude, Ren Maran exprimera pourtant sa rserve vis- vis de ce mouvement. "Il avouait qu'il le comprenait mal et avait tendance y voir un racisme plus qu'une nouvelle forme d'humanisme", explique Lilyan Kesteloot dans Histoire de la littrature ngro-africaine (Karthala 2001). Ren Maran crit d'ailleurs, dans Batouala, qu' "il n'y a ni bandas ni mandjias, ni blancs ni ngres; - il n'y a que des hommes - et tous les hommes sont frres".



Bonne lecture




.
"


; 2013-01-25 17:24
2017-09-05, 21:42   : ( 2 )


: 12994
: Oct 2009
:
:  male
:
: 32,964 [+]
: ()
: 18732
:   has a reputation beyond repute   has a reputation beyond repute   has a reputation beyond repute   has a reputation beyond repute   has a reputation beyond repute   has a reputation beyond repute   has a reputation beyond repute   has a reputation beyond repute   has a reputation beyond repute   has a reputation beyond repute   has a reputation beyond repute



: Les oublis de la littrature : Ren Maran

-********************************************-
Merci infiniment pour votre suprbe partage
-*********************************************-
01 1440/*/032019
10 1440/*/122019
01 1441/*/01 2019



 



:


16:13   Profvb en Alexa Profvb en Twitter Profvb en FaceBook xhtml validator css validator


- Profvb - - - -



Powered by vBulletin® Copyright ©2000 - 2019, Jelsoft Enterprises Ltd